Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

14 février 2012

Merzhin - 15

L'autre jour, un bonhomme m'a dit que le rock en Bretagne était mort depuis l'arrêt de Matmatah. Tutututu je suis monté sur mes grands chevaux pour le contredire vite fait. D'abord il y a plein d'autres groupes (dont je me donnerais délicieusement l'occasion d'en reparler ici) et surtout Merzhin. Ben oui alors ? Il rattachait tristement ce groupe à un orchestre pour fest-noz... Bouh quelle honte !


Le combo rock originaire du Finistère (Landerneau précisément) brasse des tonnes de litres de sueur sur scène depuis quinze ans maintenant. Et pour fêter l'occasion, ils en profitent pour sortir un album anniversaire simplement intitulé "15", dont je m'empresse de venir vous parler de suite, pour le bonhomme aussi. Car au-delà d'un simple best-of classique, Merzhin vient nous offrir un véritable album souvenir, un album façade de leur talent, un véritable cadeau pour les fans. A la façon de Dionysos qui avait sorti son "Eats Music", véritable coffre aux trésors de tubes revisités et inédits... voilà le genre de best of intelligent à savourer sans modération. Champagne ! ou chouchen pour les irréductibles !

"On aime à rester veilleurs pour vivre nos rêves éveillés..."

Tout commence avec L'histoire, morceau inédit, qui lance un opus renfermant quelques pépites, tant sur les textes que sur la musique, comme le prouve Train de nuit dont je trouve l'écriture sublime. Le tube du groupe est bien entendu présent à savoir Les nains de jardin revisité pour l'occasion et ne perdant ni de sa fraîcheur, ni de son énergie. De l'énergie justement, Merzhin en dégage au Maximum n'hésitant pas à se traîner dans la Poussières Nu et noir de pied. La voix envoûtante du chanteur bercera sûrement quelques âmes parmi nous avec Betti, la jolie ballade enregistrée sur scène, car ces irrésistibles bretons montrent qu'ils sont autant à l'aise en studio qu'en live. Quand on les écoute, on ressent L'étincelle qui brille jusqu' Au bout de la scène, nous avons envie de vivre à Contre courant, profiter à fond des décibels de bombardes qui s'offrent à nos oreilles comme avec Conscience. Ça sent l'ivresse d'une vie vécue à vive allure, d'un désir d'enflammer l'existence. Depuis que j'ai découvert ce groupe Je ne rêve plus pour rien, et si vous désirez une Fuite en avant demandez-vous alors Où vont nos pas ?
Ils vous guideront tout droit à l'ouest, De l'autre côté de la plaine, là ou des cow-boys bretons vous accueilleront dans leur univers, les bras grand ouvert et avec des histoires à la pelle à vous raconter.


En résumé, cet album n'est pas un best of comme j'ai pu le lire... Je trouve qu'il résonne plutôt comme un cadeau, remerciant la fidélité d'un public toujours conquis et jamais lassé. Car, avec Merzhin (Merlin en breton), pas besoin de magie, la température monte toujours toute seule. Un vrai brasier de joie !

www.merzhin.net
www.facebook.com/merzhinofficiel

 
© since 2014
-->