Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

21 avril 2014

Cali - L'amour parfait

Entre deux mojitos sous un soleil de plomb je me replonge dans des vieux souvenirs d'autant plus qu'en ce moment une date anniversaire mérite d'être le sujet d'un article. 



Je me souviens des salles communales de Néfiach, de Salses, de Thuir, des villages catalans... A l'époque j'étais un fan indétronable des Kargol's, groupe ska-core perpignanais que je suivais dès que l'occasion se présentait et je me souviens avoir souvent croisé la route d'Indy et après de Tom Scarlett, les groupes successifs dont faisait parti un certain Cali. Je ne réécrirai pas l'histoire du comment du pourquoi du début de carrière de l'artiste, mais il est à souligner qu'en 2001 il a eu la belle idée de se lancer seul au piano et de composer les chansons qui feront naître L'amour parfait, son premier album solo qui fête cette année ses dix ans. Amateur de musique et curieux de naissance, très vite j'ai prêté une oreille amusée par ce choix de carrière d'une personne qui de concerts en concerts m'étais devenue musicalement familière et dont l'album se retrouvait dans un autre rayon que celui des artistes et groupes locaux. C'était une première pour beaucoup de monde dont je faisais partie.

Derrière son titre ironique, L'amour parfait raconte l'histoire d'une douloureuse séparation en treize chansons qui vacillent entre douceur amère, colère, rage et lueur d'espoir arrachée comme on peut. Le catalan chante une femme qui va s'en aller "Elle m'a dit", ou qui revient après avoir passé la nuit avec un autre "C'est toujours le matin", la supplie à genoux "Tes désirs font désordre", et puis bon débarras "Le Grand Jour"... pour qu'au final il nous fasse croire que "Tout va bien", que "L'amour est parfait"... il paraît...

Si le prix à payer
Est de mourir étouffé de chagrin on s'en fout
Ça vaut le coup
D'oser s'aimer maintenant peut être trop fort
Mais d'y croire jusqu'au bout
(L'amour parfait)

Mais il n'y a pas que la tempête de l'amour assassin qui souffle dans cet album. Il rêve toujours "Fais de moi ce que tu veux", il veut se donner les moyens d'y croire encore "Pensons à l'avenir", il a compris qu'il fallait encore espérer "J'ai besoin d'amour", et que au plus profond du désespoir, l'espoir a besoin d'être nourri "C'est Quand Le Bonheur ?" On ne s'en doutait pas, mais il ne faisait que commencer...



Alors dix ans après combien de personnes parmi nous voteront la main levée pour dire que cet album est devenu un album culte ? Un album référence ? Un album qui a sauvé des vies torturées par l'amour ? Je lève la main bien haute. Même les deux. L'amour parfait a dans son titre un mot pour définir l'OVNI que Cali nous avait offert cette année là : Parfait. Il n'y a pas d'autres mots, oui Parfait.

Chronique parue sur le blog musical EN CHANSON - novembre 2012



facebook.com/brunocali
calimusic.fr


 
© since 2014
-->