Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

13 novembre 2014

Le retour de Bertrand Cantat à Rennes


Mercredi 12 novembre 2014 - Détroit en concert au Liberté de Rennes.

C'est un fan de Noir Désir de la première heure qui écrit ces quelques lignes en guise de live report. Écrire, il le fallait, parce que par diverses circonstances je n'ai jamais eu l'occasion de voir Noir Désir en concert. J'ai bien vu il y a quelques années Les Hyènes, avec Denis Barthe et Jean-Paul Roy. Une consolation plaisante. Mais aux évènements de 2003, viennent les premiers regrets. Cinq ans pus tard j'ai repris espoir de voir le groupe sur scène, jusqu'à sa dissolution en 2010. Fin de l'espoir. Clap, le rêve est terminé. Du moins jusqu'à la découverte du projet Détroit. Une lueur, et puis une tournée, des extraits vidéos qui circulent sur le net, mais des hésitations multiples pour raisons personnelles. Et puis malgré tout, me voilà avec une place dans les mains le matin même du concert. Un cadeau magnifique et la journée d'attente fut longue, bouillonnante.


Deux heures d'explosion de tympans. Un concert composé en grande partie des titres phares de Noir Désir. Le public de fans déjà acquis a été comblé. Ernestine, A ton étoileUn jour en France, entrecoupés de titres plus calmes ou étonnamment groovy comme Sa Majesté, de Détroit, avec notamment le très beau Droit dans le soleilMa muse, Null and Void, aussi bon en live que sur l'album Horizons. Et puis Tostaky, un corps que l'on ne contrôle plus, un hymne hurlé de tout son cœur, ce n'est plus une chanson, c'est un mythe, une institution, le souvenir de toute une génération, une explosion de sensations. L'ultime pogo avant la rédemption, je n'ai plus vingt ans. Et puis il y a Lolita nie bloc... Un ange passe et Bertrand se surpasse. Incontestablement, l'enfant roi ce soir, c'est lui. Pour ma première, je vois un gamin dans sa cour de jeu, heureux et survolté. Loin de l'image médiatique que mon regard interprété mal. Le voyant comme quelqu'un de froid, nerveux, posé, modéré. Je m'en doutais un peu quand même, mais je ne l'imaginais pas tant déconneur, un brin enfantin. Un rockeur dans son élément. Démentiel. Et puis il y a aussi l'émotion du retour en Bretagne pour Bertrand Cantat, place forte de sa carrière, Rennes la ville-rock et l'hommage à Jean-Louis Brossard (voir ici), le magnifique Gimme Danger d'Iggy Pop (Patrick, prends-en exemple ! haha), la complicité des membres de Détroit, le jeu de lumières et de vidéos, Le vent nous portera, le duo final avec le talentueux Colin Chloé (formidable première partie) sur Hey hey, my my de Neil Young... Une soirée sous les étoiles... À notre étoile... Pour toujours...
 
Dans les siècles passés, il y avait les Baudelaire, Rimbaud... Plus récemment Léo Ferré... Aujourd'hui au milieu des poètes modernes que sont Hubert-Félix Thiefaine ou encore Damien Saez, Bertrand Cantat est de retour pour de bon et ce soir j'ai enfin pu mesurer sur scène, l'énorme talent de ce mec qui nous a tant manqués !

Noir Désir est mort, vive Détroit !


Extrait de Tostaky - Le Liberté Rennes

 
© since 2014
-->