Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

27 avril 2015

White Crocodile - The Stranger

The Stranger de White Crocodile fait partie de ces éclaircies qui percent d'un rayon de soleil la monotonie glaciale et fréquente des jours sans mélodies. Le premier titre "One way ticket" dessine un paysage chaud et sonne la charge totale d'un envoûtement qui s'annonce lourdement excitant. Sublimé par la palpitante chanteuse anglaise Julie Biereye, le suédois Eric Maunoury à la batterie, le français Julien Omé à la guitare et l'américain Jeff Hallam à la basse, le groupe paralyse le temps et injecte un folk-rock'n'roll électrique à l'esprit punk sur nos habitudes musicales, bouleversant au passage nos certitudes acquises. 

Un album qui percute, qui perturbe, mais comme c'est agréable ! 

Flagrante claque prise par ces onze titres qui s’enchaînent, et véhiculent des flashs, des odeurs et des envies d'un voyage que l'on se priveraient de retour. On garde à l'esprit ce désir de ne pas en sortir, surtout sur “Sleepless Tango” moelleux morceau qui vient confirmer ce troublant apaisement si beau, que se distille à l'horizon des images féeriques. Mais n'allez pas croire que White Crocodile n'a pas d'énergie à revendre. Impossible de résister au besoin de se tortiller quand le ton monte sur “Restless”, “The Lady On Fire”, "Big City" ou encore “Where's The Money”. Sans parler de ce délicieux rock'n'blues “Santa Fé” qui pourrait se retrouver dans la future B.O, déjà cultissime sans la connaitre, du prochain film de Quentin Tarantino. Et puis il y a aussi "Loneliness" qui coupe les câbles de nos vies pantins, et caresse nos rêves endormis pendant quatre minutes vingt-huit. La tête ailleurs, elle flotte sur cette transe lunaire, cette ballade neigeuse au goût sucré de la mélancolie. 

Comme la pochette, White Crocodile livre un élégant résultat. Un magnifique album vient de paraître chez Idol. Un voyage sonore pour se coucher dans l'herbe au bord de l'eau, regarder les nuages défilés dans un ciel bleu et compter les avions passer, le casque sur les oreilles en écoutant euphorique l'une des plus belles découvertes de cette année 2015. 


facebook.com/whitecrocodile
whitecrocodile.net


Notez cet album


 
© since 2014
-->