Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

21 avril 2017

MAKJA - Déchire

"Nous sommes tous des enfants d'émigrés, 
première, deuxième, troisième génération."


Bordel mais qu'est-ce que je peux rajouter de plus ? Après avoir écouté cette chanson, je suis abasourdi, sans mots. Plus rien, si ce n'est le silence. Un silence lourd, parce qu'il n'y a rien à dire. Que peut-on dire ? La colère, l'espoir aussi, le désespoir rythment cette chanson qui parle à nos cœurs, révélée par un écorché vif qu'on ne peut que respecter et écouter inconditionnellement. Déchire est sans fausse note, efficace tout en étant profond, énervé et pourtant calme, brutal et doux, engagé et surtout intelligent. Une musique pour hurler contre cette rage xénophobe qui s'est installée dans les campagnes électorales et un peu plus ailleurs et partout. C'est simple pour eux, le peuple doit avoir peur, le peuple doit voter pour eux, dé-diabolise ton parti si tu veux, je ne serais pas l'un de ces moutons, effrayés par la Liberté qui s'en vont voter par millions pour l'ordre et la sécurité. Rébellion urbaine éminente, la flamme est toujours allumée, grillant presque tout dans son sillage. Traversant le bûcher, la silhouette affûtée de MAKJA se détache, ses mots nous aident à survivre. Grave et débordant de certitude, l’enthousiasme en porte-à-faux, rock apocalyptique, le slide coupant. En quatre minutes quarante-six et d'une voix déchirante, il bouleverse, il bouscule, et nous aspire dans sa force, dans son intensité indescriptible.
Déchire ! DÉCHIRE !


Le souffle coupé, je n'ai qu'un mot qui me vient à l'esprit : PUISSANT !

 
© since 2014
-->