Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

12 octobre 2015

Ibrahim Maalouf - Kalthoum / Red & Black Light

Dans mon expérience musicale, Ibrahim Maalouf fut une découverte existentielle. Cette trompette qui parle, cette absence de mot pour une meilleure thérapie vers l'évasion, vers la poésie, offrant une musique qui caresse l'imagination. Lorsque l'artiste pose ses lèvres sur sa trompette, c'est un apaisement total, une ouverture d'esprit incontrôlable, une définition parfaite du mot chef d'oeuvre, du classique contemporain paradisiaque qui donne de l'altitude. La première fois que je l'ai entendu, c'était en découvrant le titre Beirut. Il était deux heures du matin et j'ai pleuré, c'était si...



Un an après Au pays d'Alice en projet avec Oxmo Puccino, Maalouf sort simultanément deux albums. Dès l'annonce de cet événement, les envies sont vite déployées par l'idée intime d'un horizon délicieux. Envie de nouveautés, envie d'écouter, envie de voyager, envie de s'envoler, envie de tenir ces deux objets dans les mains, envie d'en extraire tout le plaisir possible... Une perspective exceptionnelle quand on aime se fondre dans une ambiance nocturne et se laisser envoûter par la magie d'un artiste si grand.  
Kalthoum et Red & Black Light sont deux albums hommage aux femmes. Si le premier est une célébration des femmes qui ont bouleversées le cours de l'histoire, dont la cantatrice égyptienne Oum Kalthoum sera la muse de Maalouf pour réaliser cet opus, le second lui se veut plus jazz, plus pop, plus électro, plus actuel donc, afin de célébrer les femmes d'aujourd'hui. Deux visions, deux ambiances, deux albums = deux fois plus de plaisir. Car si sur Kalthoum chaque morceau est bon pour se réfugier dans une délicatesse étendue afin de vivre à fond le répertoire selon les pulsions de ses humeurs, ses sentiments, ou sa propre histoire, tout défile à la vitesse que l'on souhaite sur Red & Black Light qui plus dansant et plus chantant, nous transporte dans une fête aux miles et une couleur pour une ode de huit titres aux femmes que l'on aime. On sifflote gaiement sur Free Spirit, on se lâche corporellement sur Essentielles, on ferme les yeux sur Escape...   

Nous sommes en 2015, Ibrahim Maalouf revient avec un double album exceptionnel, une heure et vingt minutes de musique méditative, une multitude de rêves en partance pour l'intensité d'un plaisir musical qui n'aurait pas encore d'adjectif pour le définir. Parce que cette musique-là fait divaguer les esprits et ravage savoureusement le cœur, jusqu'à nous abandonner volontairement aux émotions heureuses.




facebook.com/ibrahim.maalouf
ibrahimmaalouf.com



Vous aimez cet artiste ? Faites tourner !

 
© since 2014
-->