Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

16 mars 2016

Dubioza Kolektiv - Happy Machine

La première fois que j'ai écouté l'album, et que j'ai découvert par la même occasion Dubioza Kolektiv, j'ai lâché de drôles de sons par la bouche. Rien de bien dégoûtant, juste les exclamations provenant d'un monde imaginaire et d'étranges onomatopées provoqués par les réactions d'un enthousiasme inhumain. Un peu à l'image de cette musique.


Musique ? C'est de la musique ça ? Oui évidemment, puisque nous ne sommes pas un webzine sur les spécialités culinaires du Périgord. Mais c'est au niveau du style que la question est à un million d'euros. C'est quoi comme musique exactement ? L'univers de Dubioza Kolektiv ressemble à ce feu d'artifice qu'une fois qu'il pète dans le ciel, des centaines d'étincelles filent dans tous les sens. Voilà. C'est rock à la base, mais quand ça pète, ça fusionne à profusion. De l'électro, du ska, du reggae, du funk, du dub, que sais-je, mon ouïe s'excite depuis belle lurette. C'est violent comme du métal, c'est nerveux comme du hip-hop, et fiévreux comme les nuits balkans. 
L’excellent All Equal ouvre les festivités sur la piste de danse, façon ouverture sur différentes cultures. La forme orientale fusionne dans un hip-hop balkan qui nous amène vers une électro un peu démente, qui glisse parfaitement en transition sur le deuxième titre No Escape (From balkan). Les guitares s'affolent, c'est affreux, mais affreusement bon. Terrifiant même. Ces mecs sont soit des gros malades, soit des génies. Après réflexion et plusieurs écoutes, je n'ai plus de doutes, ce sont des génies furieux. Surtout quand arrive Free.mp3 (The Pirate Bay Song) un morceau en hommage aux fondateurs de The Pirate Bay Song, condamnés à 6 ans de prison. Et Dubioza Kolektiv va au bout de ses convictions en proposant l'album en téléchargement gratuit. « Notre musique est gratuite, vous pouvez la télécharger en .mp3, si vous détestez, appuyez sur supprimer ! ». Musicalement, mon inconscience me fait monter le volume. Systématiquement. C'est une musique qui s'écoute fort, parce qu'une telle densité sonore ne se refuse pas. Et si j'hésite pour savoir quel est mon morceau préféré des trois premiers titres de l'album, One More Time vient perturber mes tocs. La densité ne s'estompe pas, Boom! retourne le plancher avec classe. Un refrain rien de plus simple, mais terriblement efficace. Essentiellement en anglais, mais aussi en espagnol et en italien, Dubioza Kolektiv chante contre toutes formes d'oppressions. Entre humour et gravité, et avec une facilité déconcertante pour enflammer la scène, le groupe né sous les bombes de Sarajevo, n'hésite pas à appuyer sur le déclencheur pour faire remuer les foules et réveiller les consciences. À ce sujet, rien d'étonnant de voir le survolté Manu Chao venir s'agiter sur Red Carpet.
À mi-chemin de l'album, j'ai bien cru que Riot Fire ralentirait un peu le rythme, mais après une intro-trompette calme, le spleen reprend du service, comme le battement de cœur d'un cardiaque qui court sur le circuit des vingt-quatre heures du Mans. Alarme Song et Hay Libertad (avec l'excellent groupe catalan La Pegatina) continuent de bousculer les frontières : styles éclectique, rythme caliente, voix chaudes pour une journée ensoleillée et festive. Le poing levé et le sourire aux lèvres. Façon Mano Negra24000 Baci termine très proprement, par ses accords survoltés et ses harmonies vocales en parfaite conclusion de l'album : festivité, nervosité, fraternité sur fond de lutte contre le changement social. Car ces gars-là savent plus que quiconque comment utiliser la musique comme arme. Devant les porte-paroles officieux de la jeunesse Bosniaque.


Septième album du groupe, Happy Machine est une bombe, sans jeu de mots douteux. Le dernier bijou de Dubioza Kolektiv qui ne demande qu’à nous le faire vivre en live… Pour tout défoncer !

Tracklist
1- All equal (feat. BEE2)
2- No escapde (from Balkan)
3- Free.mp3 (The Pirate Bay Song)
4 - One more time
5- Boom! (feat. Dzambo Agusev)
6- Red carpet (feat. Manu Chao)
7- Riot fire (feat. Benji Webbe)
8- Alarm song
9- Hay libertad (feat. La Pegatina)
10- 24000 baci (feat. Roy Paci)

dubioza.org
www.facebook.com/dubioza

 
© since 2014
-->