Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

13 janvier 2017

Polaroid3 - Rivers

02 janvier. Je n'avais même pas commencé à digérer le réveillon que je devais déjà aller bosser. Bon, je n'avais pas à me plaindre, ce matin la ville était recouverte de givre -c'est joli- et je découvrais Rivers de Polaroïd3 -c'est doublement joli le paysage blanc avec cette musique- devant mes yeux, on dirait qu'un paradis se dessine. Génial ! Mon euphorie musicale reprenait de plus belle en ce début d'année. 


Un son électro à violon comme j'aime, une voix prenante sur des mélodies poétiques à peine mélancoliques, c'est à peu près ce qui caresse mes oreilles dès la première chanson A Word is Dead. Dès les premières notes jusqu'à l'arrivée de la voix j'ai cru entendre une chanson tirée d'une B.O de Tarantino... Ça aurait pu, ce titre claque tellement. J'ai lu ici et là des comparaisons plutôt flatteuses avec Portishead, Marianne Faithfull, Pixies ou Emily Dickinson... Personnellement, j'ai l'impression que l'univers musical de Polaroïd3 se rapproche de celui Ruppert Pupkin, surtout sur le titre You must go on, ou encore de Goldfrapp sur Moonghost. Cette voix de neige c'est du Love plein le cœur, on devient vite admiratif par cette injection trip-pop. You must go on confirme dans la sensation sous forme d'une ballade tout aussi envoutante avec des sursauts terriblement pop, bien montés, vaporeux à souhait. Les notes enfument l'atmosphère, et dans cet épais brouillard j'aime me prendre en écoutant The sign seeker. What a wave must be surprend aussi, et nous montre l'étendue musicale d'un groupe pop mais pas si standard que ça, avec des teintes d'électro bien sûr, mais aussi de new-wave, des échantillons jazz et quelques touches de groove. Invoke retombe dans la ballade aux odeurs new-wave, d'une mélodie tout aussi puissante qu'efficace. Une autre dernière belle surprise avec la dernière piste qu’est Cachette avec une sonorité enchantée, une musique venue d'ailleurs, qui prend aux tripes. Rivers c'est l'alchimie d'une orchestration intemporelle, d'un dédale mélodieux épuré et éclaboussé par une pluie de cordes qui nous balancent entre une douceur enivrante et une chaleur envoûtante. Son écoute crée un trouble émotionnel, sans aucun artifice, propre et pur, les dix titres me font flotter sur une rivière de plaisirs musicaux, et aussi visuel tant la pochette que le clip de Rivers est d'un charme artistique terriblement appréciable. Encore un album qui ne demande qu'à tourner en boucle, dans la douceur et la bonne humeur d'un jour de pluie. Ou de neige. 


"Polaroid3 fait partie de ces groupes discrets, mais gagnant à être connus." C'est clair, préparez-vous ça risque d'être LA grosse sensation pop de cette nouvelle année... Vous allez en entendre parler des mois et des mois de ce groupe ! Ce genre d'albums, on ne peut pas s'en lasser. Comme depuis le jour où j'ai mis les mains sur le disque. Et quand on ne peut pas arrêter d'écouter un disque, c'est qu'il est vraiment génial...

Tracklist 
01 - A word is dead
02 - Kate
03 - Moonghost
04 - Rivers
05 - You must go on
06 - What a wave must be
07 - The sign seeker
08 - Invoke
09 - Mitroviça bridge
10 - Cachette

17 février 2017
Oh! - Bloody Mary Records


www.facebook.com/infopolaroid3
www.polaroid3.com


avatar
Anonyme
15 janvier 2017 à 19:49

super clip ! merci pour la découverte

Reply
 
© since 2014
-->