Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

25 octobre 2017

Les Garçons Trottoirs - Doux, Durs et Dingues

Un groupe que je ne connaissais pas avant de recevoir l'album, bien sympathique dont les membres font preuve d'une fraîcheur musicale qui peut rendre n'importe qui enthousiaste. 

N'importe qui, mais pas n'importe comment.  Empruntant avec une maîtrise remarquable les chemins de la pop, de la chanson, du folk, du blues, du rock'n'roll, les titres m'évoquent Rue d'la Gouaille, Les Naufragés, La Rue Ketanou, Les Blaireaux, Karpatt, Les VRP... Multi-instrumentistes, Paul D’amour (chant et guitare), Jean-René Mourot (accordéon, trompette, piano et chant), Marc-Antoine Schmitt (contrebasse, basse et chant) et Fred Villard (batterie, percussions et chant)  chantent des rengaines, des balades musicales à coup de poésie de rues, de phrases bien tournées, d'histoires de trottoirs. 
Pour que cet enthousiasme s'impose de lui-même, il faut beaucoup de choses. Des mélodies entraînantes, des textes sacrément bien ciselés, un nombre correct de titres, et qu'aucun morceau ne démérite dans la liste. Animal est un titre sympathique au refrain entraînant, une bonne mise en bouche pour mieux s'interroger sur l'univers du groupe que l'on découvre, si c'est le cas comme moi. Chacun dans son maquis est l'un de mes morceaux favoris, me rappelant sans cesse quelque chose de déjà entendu, par-ci, par-là... Le rythme au galop, les chœurs de marins, le chant narrateur. Puis partant dans un swing enflammé Gourmand est un florilège savoureux de mots à la volée. J'ai Ouï dire trotte rapidement dans la tête, l'accordéon aidant, ce formidable instrument. A la  réalisation soignée, Les Garçons Trottoirs m'enchante en ayant cette folle capacité de passer d'une chanson plutot douce et passionnante avec Ma belle héritière à une belle claque nerveuse avec Le diable e(s)t ma femme, un grand écart de compétition, qui prouve que ce groupe ne boxe pas dans la dernière catégorie. Tu m'étonnes avec plus de cinq cent concerts à leur actif... Médaille de bronze pour Madeleine qui vient compléter un podium trop petit pour contenir toutes ces chansons formidables que je vais user à force de les écouter en boucle.


Un moment d'enthousiasme largement accru par une envie de les voir en concert, car cet album à vraiment l'odeur de scène. Définir Doux, Durs et Dingues ? Chantant, coloré et joyeux !

Tracklist
01 - Animal
02- Chacun son maquis
03 - Gourmand
04 - J'ai Ouï dire
05 - Je voudrais du temps
06 - Ma belle héritière
07 - Le diable e(s)t ma femme
08 - La vague à l'âme (avec Julien m'a dit)
09 - Madeleine
10 - Mal de chat
11 - Au-delà des villes

24 avril 2017
Les productions du pavé / Label #14 Records


avatar
isa
25 octobre 2017 à 19:15

Les références citées ainsi que l'écoute du titre J'ai ouï dire me donnent envie d'en écouter davantage. Hop hop hop, dans ma liste (et vu qu'elle est à jour, j'écouterai très bientôt !)

Reply
 
© since 2014
-->