Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

28 septembre 2018

Miossec - Les rescapés

Sentiments déchaînés, pulsions qui débordent, ici, on vogue les yeux bandés entre tempêtes de bord de mer et montagne russe. Plus près du corps, Plus près du cœur. Sans pitié, Miossec frappe encore et d'album en album s'impose comme celui qui... L'artiste qui...


Comme celui qui... L'artiste qui... Je ne sais pas trop, vous la voyez cette ombre gigantesque sur la scène française ? Vous voyez ? Mais j'ai une certitude qui plane au-dessus de ma tête : encore plus physique c'est sûr, jusqu'au bout du plaisir extrême, c'est certain, en aimant la vie tout au long du chemin, de l'aimer jusqu'à la baiser intensément. Christophe prend un nouveau virage musical, Miossec met le feu à nos pulsions, entre intimité torturée et sensualité sans complexe, entre ivresse vacillante et furie irascible : c'est si bon et c'est si beau, putain ces rythmiques électro en pleine tronche, synthétiseur Roland SH 1000, orgue Yamaha, mellotron, boite à rythme Elka, ça respire, c'est vivant comme dit le chanteur trop rarement complimenté pour ses talents de compositeur. Dans ce fantasme sonore, tu ne cherches qu'à monter le volume, surtout quand cette voix caresse les notes, comme à chaque fois. Cette douce voix rocailleuse qui me déchire la peau et la chair. Quand ses mots s'imbriquent biologiquement à la musique, quand ses textes deviennent organique... L'atmosphère n'est plus pareil, le temps change et Miossec me mets K.O... Ça m'injecte une certaine béatitude, un petit bien-être ravageur. Ça fait du bien de se sentir vivant parmi ces Rescapés, ça fait du bien d'être encore un peu optimiste parmi les pessimistes... Nous sommes des survivants, Nous sommes des rescapés... Des rescapés de l'amour, des guerres, de l'horreur, du dérèglement climatique, de nos échecs, de nos ivresses, de de nos élans, de nos vertiges et de nos conneries. L'hymne des âmes fracassées, le chant des cœurs vaillants. Cet album fait du bien. Dès ce premier morceau, le charme agit, imparable... Et ne se démentira pas au cours des dix titres qui suivent, ni au fil d'écoutes répétées, excessives. Dans une sorte de plaisir décuplé, Miossec livre un album musicalement plus personnel, et dresse un bilan sans complaisance de sa propre vie dans l'excellent Je suis devenu. avec sa clairvoyance et sa pudeur follement élégantes, ses déchirures électriques, ces râles émotionnels, ses mélodies qui serrent à chaque fois le cœur, pour mieux éveiller le meilleur en nous, et au final nous donner cette impression satisfaisante de profiter pleinement de tous les sentiments possible... Et c'est un buffet à volonté de sentiments par ici : La mer quand elle mord, c'est méchant par exemple. Premier morceau sur la mer pour le chanteur, indubitablement réussi. Un hommage poignant à son grand-père maternel, et par ricochet aux marins de nos familles. Et puis le reste, L'aventure toujours dans l'urgence, sans superflu (Les gens), brut de poésies (La ville blanche, La vie sentimentale), sans concession, parfois saignant, saillant, poignant (On meurt), mais toujours doublée d’une lucidité déroutante et de compositions organiques. 


Après le magnifique Ici-bas, ici-même je pensais que ça serait compliqué pour lui de sortir un album aussi beau. Deux ans plus tard, le brestois débarque avec un Mammifères époustouflant parce que surprenant, jouant des codes et en sortant des sentiers battus. Après cet album je pensais que ça serait compliqué pour lui de sortir un album aussi chouette. Et là déboule Les rescapés... Encore une fois différent, tout en faisant pourtant du Miossec comme on l'aime. Le chanteur sort un grand disque qui va nous faire danser en concert, un album qui possède toutes les promesses pour devenir vital... 

Tracklist
01 - Nous sommes
02 - Je suis devenu
03 - On meurt
04 - Les infidèles
05 - L'aventure
06 - Les gens (quand ils sont les uns dans les autres)
07 - La mer quand elle mord, c'est méchant
08 - La vie sentimentale
09 - Son homme
10 - Pour
11 - La villa blanche

28 octobre 2018
Les éditions pas terrible

www.facebook.com/christophemiossec
www.christophemiossec.com

avatar
isa
28 septembre 2018 à 23:14

Je l'achèterai la semaine prochaine, ta chronique me donne encore plus envie de l'écouter (et les trois titres déjà entendus aussi). Miossec est un artiste profondément émouvant.

Reply
 
© since 2014
-->