Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

2 novembre 2018

Dominique A - La fragilité

Je ne connais pas d'album qui porte mieux son nom. Ici, une fragilité se glisse comme un murmure calme à votre oreille, qui vous sonde et cherche à vibrer au plus profond de vous. 


La lueur éclatante du matin envoie ses froids rayons à travers les vitres poisseuses de mon salon. Je me lève d'une longue et bonne nuit. C'est un beau dimanche d'automne. Alors que j'entame ma première tasse de café, je choisis un album parfait pour cet instant-là. Commence La poésie. La splendeur dans la lumière. Je vais m’asseoir dans ce bon vieux fauteuil que j'affectionne tant, aux accoudoirs usés par le temps, et je resterais là, jusqu'à la prochaine vague de mélancolie d'un fleuve qui gronde dans ma tête, en parallèle de tout ça. Les mots, les auteurs, les lieux, les souvenirs se mélangent et en une chanson, ils n'en font qu'un. Un seul bloc pour une vie en poésie. Boum, en plein cœur.

La poésie s’en est allée 
Je la soupçonne d’être passé par chez toi 
De s’être allongée dans ton lit 
Et d’avoir écouté la pluie sur le toit 
Elle avait si peu à confier 
Pas du genre à trop s’épancher quelques mots 
Qu’elle a laissé sur ton bureau 
Quelques ratures au stylo 
Puis elle s’en est allée 
Puis elle s’en est allée

Je garde le regard vers le ciel, Comme l'encre, Le grand silence des campagnes au creux de mon automne ensoleillé, jusqu'à toucher du doigt la perfection avec Comme au jour premier et mes larmes en raccord sur les accords d'une trop belle émotion. douze titres, douze fragments d'une fragilité renversante m'attendent, je le sais. Je vais écouter la suite, assis, près de la fenêtre à laisser filer le temps en musique. D'une belle musique, simple, acoustique. L'artiste est fabuleux comme disent les critiques, son dernier album ensoleillé. Les sons limpides et la clarté des guitares, il n'y a pas à dire, ils sont si légers, rêveurs, doux et tendres. La voix sait se faire délicate jusqu'à cette dernière chanson, délicieuse, La fragilité. Une mélodie qui repart, revient, comme la marée, comme une montée qui n'arrête jamais. Pour quelques minutes encore, un dernier morceau, pour finir mon troisième café. La musique continue, reste, et m'entoure, les notes s'effacent, un souffle, et tout s'éteint, panique à bord. Le silence, le retour à la réalité. C'est passé tellement vite. L'album est d'une unité parfaite, les chansons s'y enchaînent avec élégance, les musiques y sont si belles, la fragilité est un univers où j'aime me promener, à courir sur ses chemins de poésies, à donner de l'importance pour chaque instant, chaque sentiment, puis à les savourer. Lorsque la musique s'arrête, lorsque la voix de Dominique se tut, se multiplie alors à foison des envies de replonger dedans. Parce que dans ce silence, ces chansons deviennent encore plus belles quand elles se font désirer. Puis surtout, parce que la vie devient si légère quand on l'habille de poésie.  


Quel plaisir magnifique, j'ai bien commencé ma journée.

Tracklist
01 - La poésie
02 - Comme l'encre
03 - Le grand silence des campagnes
04 - Comme au jour premier
05 - J'avais oublié que tu m'aimais autant
06 - La splendeur
07 - Le temps qui passe sans moi
08 - Le ruban
09 - Le soleil
10 - Beau rivage
11 - La route vers toujours
12 - La fragilité

05 octobre 2018
Wagram Music

www.facebook.com/DominiqueA
www.dominiquea.com

avatar
isa
3 novembre 2018 à 12:43

Une belle chronique pour un bel album, que je n'ai écouté qu'une seule fois pour le moment mais que je réécouterai avec plaisir. Chez Dominique A, j'aime la voix, reconnaissable entre toutes, j'aime la poésie des mots et la manière dont il les fait sonner, avec cette diction claire et limpide.

Reply
 
© since 2014
-->