30 avril 2020


Le Printemps 2020 nous a réservé son lot de surprises faisant de cette saison une expérience de vie inédite, aussi dramatique et intrigante qu’elle puisse être. Léonard Lasry prévoyait initialement la sortie d’un EP, extrait de son nouvel album studio. Puis les mesures de confinement ont changé la donne. Enfermé chez lui comme la quasi totalité de la planète, Léonard Lasry se laisse à créer de nouvelles chansons à son piano. Instinctivement, des chansons qui parlent du temps, de la vie, d’espoir, de l’essentiel, des incertitudes, de la soif de vivre et des lendemains...Rapidement il décide de les enregistrer et de marquer cette « étape de vie » en fixant ces 9 chansons consti- tuant ainsi une création inattendue et spontanée « Se revoir peut-être ».

Si son « véritable » nouvel album –dont la sortie sera probablement décalé de plusieurs mois- conviera à nouveau des arrangements grandiloquents à coups de grand orchestre (dans la lignée de son précédent « Avant la première fois »), Léonard se plaît à retrou- ver le plaisir d’enregistrer des chansons dans leur plus simple appareil, piano-voix et le temps de deux titres, à la guitare.

« La chanson titre « Se revoir peut-être » parle de ce que nous vivons en tant qu’humains. Elle parle de notre époque et particulièrement de l’incertitude que nous ressentons et de l’horizon d’un monde qui quoi qu’il advienne sera changé. » déclare le compositeur- interprète.

Après la création de cette chanson, les titres s’enchaînent.

Le parfum du Sud de l’Italie à travers le portrait de la ville de « Naples » mais aussi deux références littéraires « Ces reflets dans un œil d’or » hommage à la romancière améri- caine Carson McCullers et « Bovary » évocation de l‘incontournable héroïne de Gustave Flaubert.

Changement de climat le temps d’une bossa à la guitare avec « Vivre vite » au parfum des chansons de Pierre Barouh et du cinéma de Claude Lelouch.

Au son d’une patte pianistique immédiatement reconnaissable, d’une voix presque apaisante et des imparables mélodies de son interprète, « Se revoir peut-être » offre la douce surprise de cet inhabituel printemps.

Dossier de presse

http://www.leonardlasry.com/ / Sortie le 30 avril 2020 / 29Music-Kuroneko

Commentaire(s) :