Natalia Doco - La Sagrada (2023)

Ce petit bijou musical puise dans la foi d'une petite fille érudite des bancs de l'église pour nous emmener dans un voyage musical éclectique et poétique qui arrive à faire le grand écart entre voix de prières et d'harmonies lumineusement latines et envoutantes.

Sur son album précédent (chroniqué ici) Natalia Doco explorait la nature, avec La Sagrada, elle se connecte avec le féminin sacré. De murmures en souffles, l'Introducción a la Sagrada (Prière initiatique) me fait rentrer dans la fraicheur d'une église. Dehors le soleil est de plomb, les rues sont désertes. En écoutant cette invitation musicale, je me vois quelque part entre la Galice et l'Andalousie. 44°C à l'ombre et ce chant/parlé sans musique qui résonne dans le bâtiment religieux est aussi doux que la fraicheur qui règne dans les lieux. Parce que ça me parle. Mais chez Natalia Doco l'invitation au voyage va bien plus loin. De ses terres argentines au Mexique où bat la culture shamanique, elle y puise les sonorités latines qui s'invitent sur le deuxième titre Decreto en posant les cordes et les cuivres pour célébrer la quête de soi. Avec une chaleur que seule ce genre de musique peut procurer. L'expédition est lancée. L'émotion frappe à la porte, la Lune est évoquée dans Nina Lunera (La Quête). On avance dans l'histoire d'une chanteuse guidée par l'esprit de Maria De Magdala et qui a sur sa table de chevet l’œuvre de Clarissa Pinkola Estés : Femmes qui courent avec les loups, un livre de 92 qui analyse les contes pour y trouver les enseignements qui libèrent la femme sauvage des carcans de la société. Je comprends mieux ce que j'entends. La part de féminin en moi vibre, au-delà du langage spirituel, l'interprétation en finesse et en douceur permet de m'offrir une palette de nuance qui me porte aux nues et cette voix me fait fermer les yeux pour mieux en ressentir les moindres frissons. Légèrement planant par moment (Hermana del bosque), légèrement rassurant par moment (Cielo (brújula del destino)), puis dansant (Ya llegó (Parábola de la Hija Pródiga)) puis envoutant (La Sagrada (Resurrection)) l'album est à la fois simple d'accès et savamment arrangé. C'est un livre ouvert, une célébration corps et âme, un recueil de grâce en toute simplicité.

Tracklist
01 - Introducción la Sagrada (prière initiatique)
02 - Decreto
03 - Nina Lunera (La quête)
04 - Coplito (Bálsamo)
05 - Hermana del bosque (Réapropriación)
06 - Cielo (Anhelo brújula del destino)
07 - Carnavalito para volver a casa (La Hoguera)
08 - Ya llegó (Parábola de la Hija Pródiga)
09 - La Sagrada (Resurección)
10 - Madre de los dioses (Fin)

03 février 2023
Casa Del Arbol / Inouïe Distribution


www.facebook.com/NataliaDoco

Posts les plus consultés de ce blog

Alain Bashung and the Pogues - Dirty Old Town

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Heeka - The Haunted Lemon (2024)

Antoine Sahler - Le hasard (2024)

MPL - Bonhommes