Kevin Rousseau - s/t (2023)

Ce disque est un remède au tumulte, une contemplation du vide que la vie nous laisse. Il peut être à la fois romantique et mélancolique, inspirant et aspirant. Dans tous les cas, il est intense.

Ces mélodies de piano m'isolent, je m'enfonce, j'ai l'impression que mon existence entière est mise sur pause. Kevin Rousseau me raconte des histoires dont je suis le seul à connaître. Je ferme rapidement les yeux, m'abandonnant à la douceur des mélodies qui dansent dans l'obscurité, offrant à mon imagination la liberté de s'exprimer. Ces notes de piano résonnent comme des appels, évoquant l'amour. L'amour des choses belles, simples et délicieuses. L'amour des regards silencieux qui brillent, des sourires discrets, des doigts tremblants caressant une peau nue. L'amour de se retrouver devant des paysages qui inspirent la vie, l'amour pour les odeurs qui réveillent nos envies. Ces musiques qui invoquent l'amour c'est du romantisme sensible, intime, naturel, sincère.

Quand la vie devient trop violente, qu'elle devient insupportable, j'accepte ces invitations à la contemplation, aux rêves et aux désirs. Le piano apporte tout cela, et l'artiste se charge du reste. Quel magnifique piano, et que Kevin est beau ! Le tableau est grandiose. On ne peut être qu'une belle personne pour produire de si belles notes. A-t-il conscience à quel point il remplit le cœur des gens ? Je ne suis sûrement pas le seul. Des âmes sensibles et fragiles, il en existe partout autour de nous, mais elles sont si discrètes que nous ne les remarquons presque jamais. Pourtant, elles sont là, juste devant moi. La jeune fille assise dans le train par exemple ! Avec ses écouteurs dans les oreilles, est-elle en train d'écouter We Can Say We Were, se cramponnant aux accoudoirs de peur de s'envoler, tout comme cela m'arrive systématiquement quand j'invite ce morceau à pénétrer ma vie ?


Ces mélodies sont une source d'apaisement qui calme nos tourments. Même si elles peuvent remplir le cœur de mélancolie. Dans ce huis clos musical d'émotions contemplatives, je me trouve entre ses murs, hypnotisé, envouté, engourdi par la douceur de ses notes, paralysé dans son alcôve. De toute façon, dehors, seul l'automne est joli... Je sais que dès que j'active cet album, ou même si j'écoute ne serait-ce qu'un seul morceau, une porte s'entrouvre et je me faufile pour une échappée belle. Une exploration dans ce néo-classique ou minimaliste littéralement planant, comme c'est souvent dans mon quotidien et que j'ai partagé sur ce blog... Ryoko Nuruki, Ollen, Ô Lake, Yann Tiersen, Gaspar Claus, Damien Dufour (Ending Satellites) et maintenant Kevin Rousseau... Pas besoin de paroles pour que la musique nous transperce l'âme. Puisqu'elle est là, dans notre propre intimité. Sonates, ballades, Chopin ou Philip Glass, peu importe les références, pourvu que le cœur de cette lueur nous absorbe. Letter To Roy, Grand Central, Solateron, Escalier, Sixtine, c'est éblouissant. Toutes ces invitations à être, à ressentir, à vivre, et surtout à rêver. Je m'imagine assis dans un train, le paysage qui défile sous les larmes d'un ciel d'hiver. Je me transporte sur une plage déserte du Finistère, les poumons gorgés d'horizon. Je me projette en train de marcher à la nuit tombée, deux soirs avant Noël, dans les rues d'Édimbourg sous la neige. Je m'imagine assis devant un feu de cheminée, un simple drap blanc comme seconde peau. Je me rêve au cœur d'une forêt finlandaise, entouré de sapins et de peupliers dansant au gré du vent. Et pour une fois, dans ces rêves, je ne suis jamais seul. Vous savez, un regard silencieux, un sourire discret... Ces émotions-là ne peuvent que se partager. 


Je termine cette chronique en ce mercredi après-midi. Le temps est aussi gris dehors que sombre à l'intérieur de la maison. De ma fenêtre, je contemple la pluie qui tombe sur les cimes des arbres aux couleurs d'automne. Avec les mélodies de ce disque, le temps est suspendu. J'éprouve un amour furieux pour ces moments-là et pour ces artistes comme Kevin Rousseau, qui apportent tant...

Tracklist
01 - White Lilies 1
02 - Impro
03 - Letter To Roy
04 - Grand Central
05 - Impatience
06 - Solateron
07 - White Lilies 2
08 - Escalier
09 - Sixtine
10 - Spoonful
11 - We Can Say We Were
12 - Entre
13 - Ouverture

24 novembre 2023
Night Night Records


www.beacons.ai/kevinrousseau

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

J'écoute L'algue bleue de Gérard Manset

J'écoute La balade sauvage de Nicolas Paugam

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Les nouveaux clips du moment #6

Les Cowboys Fringants - Pub Royal (2024)