Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

8 juillet 2015

Pascale Picard - All Things Pass

J'ai reçu le nouvel album de Pascale Picard le lendemain du premier jour d'été, comme un symbole. Les rayons de soleil étaient là, timides, en sourdine dans ce ciel breton, et discrètement les jours passants, All Things Pass s'est installé dans ma B.O estivale. Aucun doute, le folk de Pascale Picard fait monter le mercure dans ma chaumière.


Bien que mon fétichisme québécois joue beaucoup à la curiosité que je porte pour Pascale Picard, j'ai dans un premier temps très vite fondu pour cette voix si douce, si envoûtante. Une voix de nougatine sucrée et collante. Une voix qui colle au cœur et fait voler le regard dans un paysage mirobolant et luxurieux. Et dans un deuxième temps, je suis tombé en amour pour ce folk d'une clémence fauve et romantique. Un album de dix titres parfait pour se coucher sur l'herbe et profiter du soleil. Profiter de la vie. L'album idéal en fond sonore d'un apéro de fin de journée à l'ombre d'un saule pleureur, pour profiter encore et toujours. C'était déjà cette sensation à l'époque où la chanteuse avait retourné la planète avec son tube "Gate 22".
All Things Pass s'ouvre avec l'enthousiaste "Tomorrow's Another Day", véritable ballade musicale, qui laissera personne sur le bord du chemin. Et c'est surtout avec "Runaway" que cet album risque -et mérite- de prendre une magnifique envolée. S'en suit une flopée de titres comme un retour aux sources, à la simplicité, dans laquelle elle aime se retrouver, dans les souvenirs doux-amers qui servent de socle à des textes intimistes. Tantôt ballade rock "Sleepwalker" à la Cranberries, tantôt grunge "Haunted States", tantôt acoustique "Hey Tim" et "Without You", l'album coule dans une émotion brute, au son d'un folk-rock dépouillé et instinctif qui fait du bien.

«J'ai essayé le plus possible d'écouter mon instinct et mes intuitions. Ce que je vais dire est un peu quétaine, mais le but était qu'il y ait le moins de bruit possible entre mon cœur et mes chansons.»
source lapresse.ca


Six ans après le carton de Me Myself & Us, Pascale Picard tourne le dos à l’exigence et aux contraintes du succès, pour tracer sa route. Une route qui lui ressemble, dans un album qui lui ressemble. Un album dans lequel on plonge, le sourire aux lèvres et le cœur léger. 

www.facebook.com/pascalepicardband
www.pascalepicard.com



avatar
isa
8 mars 2016 à 21:10

Je suis allée écouter, j'ai trouvé ça sympa, mais je garde une préférence pour son premier album.

Reply
 
© since 2014
-->