Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

26 juillet 2017

Gauvain Sers - Pourvu

Je ne l'avais pas revu sur scène depuis sa tournée Rouge sang... C'est-à-dire une p'tite dizaine d'années... Ce soir du 06 janvier 2017 je retrouvais enfin MON Renaud dans la salle du Liberté de Rennes. L'impatience, l'excitation et les émotions étaient au rendez-vous, mais c'est par une belle découverte que ma soirée commença avec Gauvain Sers en première partie. Une illumination !


Bon, j'avais déjà écouté vite fait ce jeune artiste quelques mois avant mon concert de Renaud, mais j'avoue, absorbé par les sentiments, que j'avais complètement zappé qu'il y avait une première partie et que c'était lui le préposé à satisfaire la foule. Foule sentimentale. Comme beaucoup (je suppose) ben j'ai adoré, parce qu'il avait assuré. Et j'adore encore plus maintenant que j'ai l'objet entre les mains, et les mélodies qui flottent dans mon salon. Puis d'abord, amateur de chansons française comment ne pas aimer l'univers de Gauvain Sers ? En faisant abstraction à Renaud tout-ça, juste en étant attentif à ses textes ficelés, simples et originaux, loin des extravagances d'une certaine variété bon marché, mais plus proche de cette riche et fabuleuse scène de la Chanson française (Benoît Dorémus, Batlik, Thomas Fersen, Bensé, Aldebert, Jamait.. Bref je vais pas tous les cités, vous voyez.) Gauvain c'est cette petite voix qui glisse dans les oreilles, un accompagnement musical classique mais très sympathique, une manière de poser les mots sur des phrases toutes simples avec des rimes bon enfant mais sans pour autant tomber dans la facilité. Les histoires de Gauvain me parlent. Même si sa petite voix printanière me rappelle que je ne suis plus de sa génération, nous avons pourtant bien plus de choses en commun que les années nous séparent. Renaud en tête. Mais n'en parlons pas. Là où beaucoup cassent un peu les burnes avec leur comparaison à la noix, moi je ne vois pas le passé, je n'entends qu'un petit nouveau tout frais. Ouais c'est frais et ça fait du bien et objectivement, ce premier album possède des qualités indéniables, dans la tradition de la chanson française de qualité. Certaines chansons sont d'une naïveté jolie, qui n'ont rien de la niaiserie, de la caricature. Pourvu m'amuse, je me régale de ses rimes, de son entrain. Je ne me lasse pas de cette tendresse touchante Dans la bagnole de mon père. J'aurais voulu vivre ces moments, moi l'enfant sans paternel. Je ferme les yeux, je vois une scène du film C.R.A.Z.Y et cette balade en voiture entre le petit Zack et son père, Aznavour à fond dans le radio-cassettes... Une scène d'ivresse, de bonheur, un petit bonheur simple. Voilà ce que propose Gauvain Sers : une simplicité à portée de mains, accessible, rythmée et musicale, mélancolique un peu, un soupçon polisson.
Chaque chanson est une véritable immersion dans une histoire, où se mélangent humour et délices (Quand elle parle à sa mère, Le poulet du dimanche), passion et nostalgie (Comme chez Leprest, Comme si c'était hier) ou avec des personnages hauts en couleurs et attachant comme dans Le ventre du bus 96. Avec le fantastique Hénin-Beaumont, Gauvain montre une écriture intéressante. Comment parler d'un sujet si important tout en restant dans une énergie positive, juste et légère ? Ce titre est tout simplement fabuleux, l'un des plus beaux écrits contre le Front National. Pareil pour Mon fils est parti au Djihad... Si le quotidien d'un monsieur tout-le-monde a une bonne place dans l'univers du chanteur, l'actualité n'est pas pour autant un sujet mis de côté. Outre les deux morceaux cités juste avant, j'apprécie énormément le tableau du monde agricole que dégage Sur ton tracteur, et je frissonne sur Entre République et Nation, où l'auteur-compositeur et interprète, chante de douloureux souvenirs, l'espoir à fleur de micro... Et puis pour terminer, si je pouvais, je lui dirais merci avec un gros bisou pour les deux livrets. Comme lui, j'accorde tellement d'importance à ça... Son album est vraiment beau. 


Gauvain Sers est de ce genre d'artiste qui vous font sourire, aux chansons qui s'installent dans votre tête et vous accompagnent au quotidien pour le meilleur et le meilleur. Un premier album doté de beaucoup de qualité qui peut satisfaire les éternels nostalgiques des disques à Papa...

Tracklist
01 - Pourvu
02 - Dans la bagnole de mon père
03 - Mon rameau (en duo avec Clio)
04 - Dans mes poches
05 - Hénin-Beaumont
06 - Un clodo sur toute la ligne
07 - Le ventre du bus 96
08 - Quand elle appelle sa mère
09 - Sur ton tracteur
10 - Entre République et Nation
11 - Comme chez Leprest
12 - Le poulet du dimanche
13 - Comme si c'était hier
14 - Mon fils est parti au Djihad

Sortie le 09 juin 2017
Universal music



avatar
isa
27 juillet 2017 à 21:23

Très belle chronique. Je connais déjà Pourvu, et même avant, depuis que j'entendais parler de lui par des gens qui l'ont vu en première partie de Renaud, je me disais "Il faudra que j'écoute." Ta chronique me donne encore plus envie !

Reply
 
© since 2014
-->