Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

4 juillet 2017

Oddfellow's Casino - Oh, Sealand

De la pop britannique comme il s'en fait très rarement. Celle-ci vient de survoler la Manche pour atterrir au milieu de notre paysage musical, pour le bonheur des amateurs du genre. 


Quelques petites secondes de Land of the Cuckoo, et il m'a mis dans sa poche direct, illico presto je m'envole dès les premières notes, dès les premiers mots. J'ai plongé immédiatement dans Oh Sealand sans la moindre résistance. De la pop britannique où tout semble parfait quand vous y mélangez le son, la production, le jeu et la danse des mots. Le chanteur/songwriter David Bramwell est un artiste sonore, un poète musical, au détail solennel, absolument tout pour plaire, des chansons pour flâner, pour voler, pour rêver. Moi ça me plait comme programme. 3 ans après The Water Between Us, Oddfellow's Casino revient avec douze nouveaux morceaux pour découvrir son univers merveilleux, léger, féerique et intriguant à l'image de sa pochette. Je me laisse voguer sur Sons and Daughters of the Quiet Land, petit plaisir après le boulot sous cette chaleur. Swallow the Day est également envoûtant, et nous ramène  à une ambiance poétique qui caractérise si bien ce sixième album. Et même si les thèmes explorés sont l'amour et l'inquiétude au climat de bord de mer, cette piste m'offre un vent d’optimiste qui fait du bien à la tête. En vérité, il n’y a pas de raisons de se sentir lourd après l’écoute de l'album. Tout est aéré. Danu me rappelle les explorations sonores de Yann Tiersen, voir de l'excellent groupe -et trop peu connu- Mélodium. C'est terriblement envoûtant. Ça rentre par les pores de la peau jusqu'à vous secouer les frissons. L’aspect lo-fi qui occupe une place imposante dans le disque peut achaler certains. Les arrangements ne sont pas assez aboutis à leur plein potentiel comme sur On Letting Go. On ne reste pas coincé dans une bulle de tranquillité, elle peut éclater par certains titres où les guitares s'émoussent (l'intro de Children of the Rocks) et les rythmes frétillent dans une pop dansante et enjouée (Down in the WaterThe Ghosts of Watling Street). Ce qui donne l’impression de ne pas faire du surplace. Josephine et son piano flegmatique sont bouleversants surtout quand cette trompette arrive de nulle part sans prévenir. Blood Moon achève l'écoute, m'achève aussi. La musique sonne ici comme une évidence, elle résume l'excellence qui à parcourir l'album. Aucun doute possible, Oddfellow's Casino revient en France avec un album qui mérite bien de se faire une belle petite place dans notre paysage musical.


Fragile et élégante, minutieuse et intense, la musique d'Oddfellow's Casino crève le silence qui m'entoure. Mon doigt systématiquement posé sur le bouton repeat, voici LE disque pop moderne presque parfait du moment qui tourne en boucle. 

Tracklist
01 - Land of the Cuckoo
02 - Sealand
03 - Down in the Water
04 - Sons and Daughters of the Quiet Land
05 - Swallow the Day
06 - Mustard Fields
07 - Danu
08 - The Ghosts of Watling Street
09 - Children of the Rocks
10 - Josephine
11 - Penda's Fen
12 - Blood Moon

14 juillet 2017
Microcultures / Differ-Ant

www.facebook.com/OddfellowsCasino
www.oddfellowcasino.com


 
© since 2014
-->