Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

3 novembre 2017

Debout sur le zinc - 3 jours debout

Un petit plaisir de mon adolescence resurgit à la sortie de ce double album live. Debout sur le zinc c'était les rythmes, les mélodies, l'accordéon, les chants. Y'avait quelque chose de particulier, un goût de bonheur, une musique entre ami(e)s, une joie de vivre.


En février 2017, Debout sur le zinc remplissait le Café de la Danse lors de trois soirées acoustique, électrique et world, invitant entre autres Fredo des Ogres, Romain Humeau d'Eiffel, Mamani Keita, les Fatals Picards, Sages comme des sauvages... Guitares, cuivres, accordéon, bonne ambiance, allez hop en scène ! L'album commence par le magnifique Le cran. On y sent toute l'odeur de l'instant parfait qui s'évapore de la scène pour se diffuser au-dessus d'un public acquis depuis longtemps. Sur les routes depuis 1995 avec neuf albums studios au compteur,  
En plus de l'agréable présence d'artistes/ami(e)s, ce 3 jours debout rappelle l’immense talent du groupe. L'arbre reste (comme toujours) particulièrement émouvant, cet intro tzigane qui chatouille mon cœur, cette intrusion de guitares qui le fait courir vers des sensations grandioses. Les titres se succèdent, les émotions s'intensifient. Des larmes sur ma manche, porté par un Quatuor de cordes frémissant, frissonnant, bouleversant comme l'intense sublime Tu vois loin. Il y a aussi Le train, qui prouve que Debout sur le zinc n'est pas qu'un groupe festif, comme trop souvent défini. Il sait jouer les émotions, plongé les âmes dans des obscurités de mélancolies heureuses. Des titres à balancer la tête légèrement de droite à gauche, les yeux fermés, vivant. Vivant comme la vivacité, comme le très énergique et rock Tout n'est pas mort avec les Fatals Picards. Sans surprise, Debout sur le zinc offre aussi des morceaux live excellents de Le daron à Oublie-moi. A l'oriental La relève ou Arabis orient qui semblent venir d'ailleurs avec une partie percussive extraordinaire. Vingt et un titres passionnants qui plongent l'auditeur dans une fragilité et une intimité sincère. À l'image du dernier morceau Les promesses, se terminant comme des rouleaux de vagues d'un océan de cordes... ça secoue le cœur. Ce qui est bien, c'est que ce double album ne fait pas office de remplissage pour discographie rentable, il représente une belle porte d’entrée pour le jeune mélomane qui aurait envie d’en connaître un peu plus au sujet de Debout de sur le zinc. Ou le vieux comme moi qui s'était un peu éloigné, et qui apprécie de revenir sur le chemin.


Merci les Debout sur le zinc pour ce double live accompagné d'un livret d'une quarantaine de pages photos. Si vous passez par chez moi, je sais ce que j'aurais à faire. 

Tracklist
CD1
01 - Le cran
02 - La vie à deux
03 - Lampedusa
04 - L'arbre
05 - Des larmes sur ma manche
06 - Le bleu du miroir
07 - Brindiy à mon zenfan
08 - Tu vois loin
09 - Le train
10 - Avance sans moi
11 - Tout n'est pas mort

CD2
01 - Dans la nuit avancée
02 - Le daron
03 - Oublie-moi
04 - Arabis orient
05 - 2x oui
06 - Sur un trapèze
07 - J'ai vu la lumière
08 - La relève
09 - La pantomine
10 - Les promesses

29 septembre 2017
DSLZ


www.facebook.com/DeboutSurLeZinc.Officiel
www.dslz.org

avatar
isa
4 novembre 2017 à 03:24

Merci pour cette jolie chronique.
Debout sur le Zinc, je suis fan depuis plusieurs années. Je les ai déjà vus deux fois en live, et je les revois dans deux semaines tout juste. C'est toujours un bon moment, le plaisir de retrouver leurs chansons connues, les airs festifs qui donnent envie de danser et les chansons plus propices à l'émotion, des instruments aussi beaux à voir qu'à écouter (violon, accordéon, cuivres...) sans oublier les textes empreints de poésie.

Reply
 
© since 2014
-->