Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

5 février 2018

Sunflowers - Castle Spell

Castle Spell ou quand Sunflowers vous ravage la tête et le reste... Deux voix, une guitare, une batterie, ça déchire, c'est direct, clean et vénéneux. En apnée dès le premier morceau. Le souffle coupé jusqu'à la dernière seconde du dernier morceau. Si vous êtes épileptique passez votre chemin.


D'entrée de jeu, The Siren vous dévore à petit feu, vous pousse dans des sables mouvants qui vous aspirent lentement dans l'univers sous acides du duo portugais. Hypnotique et puissant, on s'enfonce ou on fuit. Moi je laisse mes pieds s’enliser parce que d'une, ça fait du bien d'écouter de temps en temps du psych-punk, comme ça je mourrais moins con, et de deux, j'aime bien quand on me secoue les neurones parfois. Cette musique est assez tourmentée, entre garage et rock'n'roll (l'intro de The Siren est démente !), c'est rapide, ça riffs dans tous les sens comme un scalpel qui s'insinue dans votre chair, The Maze (Act 1-2), ou un poison lent qui vous consume inexorablement à coups de chœurs bichonnés par une musique saturée... Tapis dans ces profondeurs abyssales, j’enchaîne les titres, et petit à petit je me sens envahi par un univers infiniment hanté. Dans un timide murmure j'ose dire que je prends beaucoup de plaisir. Sur Sleepy Sun, sur Surfin' with the Phantom, sur A Spasmatic Milkshake... Et avant même de m'en rendre compte, je suis arrivé au dernier titre We Have Always Lived in the Palace qui me balance une claque de sept minutes à la tronche par sa tranquillité à couper au couteau. En résumé, Castle Spell s’écoute d’une traite. Ça sent agréablement l'odeur de bières et de transpirations dans une salle miteuse de banlieue. Et si le concept des dix pièces dans un palais, où chacune dévoile ses locataires meurtriers dans une ambiance lugubre, la voix docile de Carol et les cris psychopathes de Carlos m’entraînent dans l'intensité de mes propres violences. C'est dense, c'est fort, c'est Sunflowers.


Sans être adepte de Psych-punk et de noise pop, on peut facilement plonger dans ce Castle Spell en fonction de son humeur car il est tout à la fois, violent, jouissif, élégant et fou. Avec modération pour les petits joueurs, sans modération si on veut être secoué. 

Tracklist
01 - The Siren
02 - Castle Spell
03 - The Maze (Act 1-2)
04 - Signal Hill
05 - Sleepy Sun
06 - Monomania
07 - Surfin' with the Phantom
08 - Grieving Tomb
09 - A Spasmatic Milkshake
10 - We Have Always Lived in the Palace

09 février 2018
Only Lovers Records - Stolen Body Records / Differ-Ant

www.facebook.com/thesunflowersmusic
www.thesunflowersmusic.bandcamp.com

 
© since 2014
-->