29 août 2019

C'est la reprise, les vacances sont terminées. J'y pense dans mon bleu de travail, du premier petit matin jusqu'au prochain week-end, ces longues journées ne sont pas faciles sous un ciel de plomb qui persiste. J'attends les mauvais jours avec impatience.

Que le ciel se couvre, que la température baisse, que le vent se lève, dans ces conditions j'aime certaines musiques bien précises. Les jours comme ça, je ne pourrais jurer que pour le Bluegrass. Ou par le Folk. Ou quand les deux s'unissent, je ne pourrais jurer que par The Dead South. Aujourd'hui, il est 18h30, le soleil tire sa révérence derrière des nuages, l'éclat du ciel gris est fantastique même pour quelques minutes avant que la nuit n'arrive. J'attrape mon casque, je lance le futur et troisième album du groupe qui s'intitule Sugar & Joy, juste au moment où quelques gouttes apparaissent sur mes carreaux. Parfait, ça commence.


Les rushs mélodiques des gars de Saskatchewan, galopent tel un lâcher de frissons à l'heure où sonne la récréation sur mon corps, jusqu'à un point à me rendre fou. Le son, comme d'habitude, est énorme, acoustique à volonté et Diamond Ring une tuerie. Blue Trash galope aussi. Quel pied !

Je glisse dans ma barbe, je vais remettre un slip, sauter dans le premier pantalon qui traîne et chausser mes Clarks Hinman. Le casque sur les oreilles pour aller me promener loin du bitume avec mon chien. Juste profiter du crachin sur le visage, d'un peu de verdure et de quelques rayons de soleil qui vont pouvoir m'offrir un couchant folk savoureux. Histoire de rendre mon ventre rêveur à coup de musique qui ne m'invite qu'à ça. Même si dans le monde de The Dead South, les personnages font ce qu'ils doivent faire, même quand une logique tordue les égare du droit chemin. Parce que ça y va les histoires de désespoir et de mauvaises décisions racontées dans ce nouvel album. Qu'importe. D'un pas frénétique, Alabama People à fond dans les oreilles, le regard ailleurs. Spaghetti, le regard ailleurs aussi. Heaven In A Wheelbarrow, tout est ailleurs désormais. Tout mon corps est ailleurs, mon âme également, envoûtée par une guitare vivante, une mandoline excitante, un banjo magnétique et un violoncelle lancinant... Et une voix, oh oui... Oh oui cette voix ! Puis Broken Cowboy, Et voici l'apogée, la montée vers les nues, une pépite blues d'une finesse extrême. La ballade est absolument sublime, c'est du velours, de la vie, de l'amour, torride, physique, une sucrerie, de la joie par kilos.

Un petit vent doux est venu me caresser la nuque quelques secondes à peine... Les mauvais jours peuvent arriver, je suis prêt. Pour cette musique, j'ouvre les battants de mon cœur pour que les accords de The Dead South viennent faire vibrer l'épiderme de ma peau de fin d'été. 



Tracklist
01 - Act of Approach
02 - Diamond Ring
03 - Blue Trash
04 - Black Lung
05 - Fat Little Killer Boy
06 - Broken Cowboy
07 - Snake Man part 1
08 - Snake Man part 2
09 - Heaven In A Wheelbarrow
10 - Crawdaddy Served Cold
11 - Alabama People
12 - Spaghetti
13 - Distance Oneself

11 octobre 2019
Six Shooter Records

www.thedeadsouth.com

1 commentaires :

Le nom du groupe et le visuel me laissaient penser que je n'allais pas aimer… Grave erreur. Le titre Diamond ring que tu as mis ici me donne envie d'écouter le reste, voilà un style musical que j'aime (oui je ne suis pas monomaniaque chanson française ;) ) Bref, donc, vivement le 11 octobre, j'ai un concert des Ogres de Barback ce jour-là. Enfin non. Enfin si mais vivement le 11 octobre pour que cet album sorte et que je puisse en écouter davantage.

Reply