15 février 2020

À peine révélation que déjà grand parmi les grands. Ce n'est que mon avis cela va sans dire, mais j'estime très haut l'artiste qu'est Tim Dup. Pour la douceur et l'originalité de ses œuvres depuis son premier album Mélancolie heureuse à celui qui vient de sortir : Qu'en restera-t'il ?


De la découverte de ce deuxième album, il restera beaucoup de tendresse, de légèreté et de poésie. C'est ce que je vais essentiellement retenir. Le souffle coupé pendant dix secondes intenses et sensationnelles dans Le visage de la nuit, lors de ces quelques secondes où le chanteur chuchote un ultime "Je t'aime" ... Incroyable chanson d'amour, de vie sur fond apocalyptique en trois partie. Une explosion de sentiments très fort, une vague d'émotions, de frissons qui parcours le corps. Entraîné dans une trans au feutrage New Wave. C'est sublime. PUTAIN. Je vais retenir la vie avant tout dans Place Espoir. Un sentiment d’assonance m’envahit : image, son et sensation se répondent en écho au piano qui accompagne le portrait de trois femmes dans un clip émouvant. Magnifique. Encore une fois magnifique.

"Elle a vu tant de poèmes et tant de promesses
Elle a vu des matins blêmes et des soirées d'ivresse
Elle a vu tant de feuilles mortes et tant de roses fleurs
Elle a su être forte et consoler les cœurs"

 Je vais retenir Je te laisse, et reprendre le commentaire de Kosui Hydrogen posté sous le clip de cette chanson : "Quand je repense à mes grands-parents, je me dis "Ah, ils ont vraiment eu la plus belle vie". Nés après la guerre, avec le plein emploi, une sécurité suffisante, les possibilités de faire leur vie dans la stabilité. Et s'il y avait des risques et des conséquences, qui s'en souciait ? Qui le savait ? Ça fumait, ça roulait, ça bâtissait... ça consommait à outrance. De tout, du matériel, du périssable, comme de l'énergie des corps. Toute une génération vivant dans une dangereuse insouciance. Aujourd'hui, avec quoi nous laissent-ils (eux, mais également leurs parents avant eux, bien sûr) ? Je trouve de plus en plus ardu, moi, pour la jeune génération, de vivre seulement d'espoir et de bons sentiments. Cette chanson n'est que très peu optimiste finalement, et c'est peut-être aussi le but. Le meilleur des mondes, ça n'existe pas. J'espère seulement que nous sommes prêts, dans ce cas, à nous battre pour le moins pire des mondes." Non le meilleur des mondes n'existe pas, que reste-t-il de l'héritage de nos parents ? De l'amour qui fait que l'espoir aujourd'hui reste vivant... On s'accroche à ça. Je vais aussi retenir Pertusato, cette poésie qui flotte dans l'air et qu'il éblouie quand un chant italien transperce l'espace et s’agrippe aux tripes... Oh c'est beau. Mais tu veux encore plus beau ? Suffit d'écouter Vendredi soir, et là on comprend à quel point ce petit bonhomme  à gueule d'ange possède un talent époustouflant... 



Je vais retenir que pour la deuxième fois, Tim Dup puise comme jamais l'essence de la vie, le quotidien d'un jeune homme de sa génération pour sublimer ce qu'il reste à sublimer, simplement et d'une efficacité déconcertante... Quel magnifique artiste attachant. 

Playlist
01 - Après eux
02 - Le visage de la nuit
03 - Une autre histoire d'amour
04 - L'aventure
05 - Songes
06 - Place Espoir
07 - Porte du Soleil
08 - Rhum Coca
09 - Refuge
10 - Je te laisse
11 - Pertusato
12 - Qu'en restera-t-il ?
13 - Vendredi soir

10 janvier 2020

www.facebook.com/music.TimDup
www.timdup.com

1 commentaires :

Effectivement un bel artiste et un bel album. Je suis un peu moins fan des titres aux sonorités plus électro, ce n'est pas une question de qualité mais de goût personnel. Peut-être tout simplement des chansons à réécouter pour apprivoiser ces sonorités qui me sont moins familières.
Mon top dans le désordre va à Place Espoir, Je te laisse et L'aventure. Je crois avoir aussi bien aimé Le visage de la nuit.

Reply