MPL c’est un style qui plaît d’une manière immédiate, de la chanson française pleine de bonne humeur et d'émotion, de la pop frétillante, un groupe de musique porteur d'espoir, typiquement ce dont on a besoin quand rien ne va et aussi -surtout- quand tout va bien.

Entre rétrospectives et perspectives d'avenir, les cinq bonhommes de MPL (autrement appelé Ma Pauvre Lucette) sortent un nouvel album avec toujours le même sens de l'analyse des fracas de notre époque et de ce qui nous préoccupe au quotidien. Avec une plume toujours aussi si jolie, qui pourrait faire rougir quelques auditeurs émotifs parmi nous. On plonge rapidement dans les sentiments et les émotions fortes (Sur une échelle), emporté par des mélodies effrénées (Bonhommes) qui ne sont pas sans rappeler l'univers de Boulevard des Airs. Mais j’arrêterais la comparaison ici, MPL c'est l'esprit de chansons universelles dégustées au coin du feu, au fond d'un bar où seules se distinguent les âmes torturées aux destinées alambiquées. Le groupe manient l'esprit festive avec une pointe d'amertume qui aide à tenir l'équilibre. Moi c'est ce qui m'émeut. Une attitude héritée probablement d'une époque alternatif de saltimbanques où pouvaient trinquer les Négresses Vertes, La Rue Ketanou, Têtes Raides et j'en passe... De ce genre de groupes qui dans l’inconscient collectif représentent une certaine vision du monde qui nous entoure et qui nous aide à le supporter avec une évidente sensibilité. Car au fil de ces huit titres, les paroles sonnent, vulnérables, en portraits sensibles d’une société où chaque auditeur peut se retrouver, le tout avec une belle fragilité et un idéalisme juste. Une profonde lucidité mélancolique se fait sentir aussi, comme sur les beaux titres que sont Ma bouche ou Histoires anciennes. À la fois millimétré et instable, la production est déroutante quand suit la balade chaloupée et puissante Blanc, qui calme l'énergie de l'album à mi-chemin et attrape à la gorge. Magnifique ! Comme hypnotisé d’une beauté qui offre une envie de partager un moment intime avec le groupe. Comme absorbé par cette montée mélodique à la touche flamenco-électro et soignée sur Maison.  Enfin, et comme si cela était nécessaire, au travers d’un morceau qui m'émeut au plus profond, Les oiseaux me transperce de leur talent, jusqu'au un dernier titre portant l’estocade Souvenirs, souvenirs, souvenirs.

Comment ne pas être sensible à cette musique qui parle à nos tripes ? Je suis happé par des compositions entêtantes et mélancoliques à souhait. Sans être une seule fois dégoulinante, l'univers de MPL, à travers ce nouvel album, frappe de son émotion et s’impose avec un naturel déconcertant. BRAVO pour l'un des plus beaux disques de l'année !

Tracklist
01 - Bonhommes
02 - Ma bouche
03 - Sur une échelle
04 - Histoires anciennes
05 - Blanc
06 - Maison
07 - Les oiseaux
08 - Souvenirs, souvenirs, souvenirs

27 mai 2022
L'amirale

www.facebook.com/MPL
www.linktr.ee/mplofficiel