Miossec - Simplifier

J'avoue avoir été un petit peu déçu quand le premier extrait (Mes voitures) fût mis en ligne. Un petit peu déçu également par le visuel de cet album. Un peu trop minimaliste à mon goût, j'adore tellement les belles pochettes et dans la discographie de Miossec, il y en a quelques-unes assez sympas. Soit, un nouvel album du Brestois reste quand même un événement et je ne passerais pas à côté.


Le disque vient de sortir, pas encore acheter alors je l'écoute sur Deezer. Je ne passe donc pas à côté, même si depuis Ici-bas ici même, j'ai l'impression d'être resté un petit peu à quai. A vouloir trop se réinventer à chaque album, j'ai le sentiment que l'artiste perd à chaque fois petit à petit l'essence de ces débuts (fracassants). Je dis ça, je dis rien mais ici j'entends le contraire, car à la première écoute je trouve ce douzième album assez complexe musicalement même s'il se voulait simple selon les dire de son créateur. Premier jet, nouvelle déception. Je n'arrive pas à rentrer dedans. Ne restons pas comme ça, je persiste car Miossec m'est important, alors je visse le casque sur les oreilles cette fois et là... Là, tout prend une dimension différente, plus grande. A me rendre compte que les arrangements sont délicieux et sont aux services des mots au delà du chant. Simplifier n'est pas un album à écouter dans sa voiture en allant faire ses courses ou dans son garage à bougner des trucs et des machins, il s'écoute plutôt casque sur les oreilles, le regard évasif, l'âme allégée, simplement. Puis de cette façon être plus proche du chant et de l'écriture. Les mots défilent mieux quand ils dansent au plus près des oreilles. Et les textes de Christophe Miossec sont souvent très beaux. Plus les titres passent plus les déceptions s’effacent, comme la brume matinale qui se lève doucement sur la Rade. Excuse-moi s'il te plaît ! Je n'ai rien compris de ce que j'ai entendu les premières fois. Plus je plonge plus je trouve la musique finalement dépouillée, épurée, tout simplement efficace. On y découvre au fil de la météo sentimentale du chanteur qui replonge dans ses jeunes années, un univers intime et intense. Celui qui fait de la musique pour retrouver son adolescence, s'est enfermé chez lui presque seul pour concocter onze titres inspirés et en fin de compte inspirants. Toujours à contre-courant. j'arrive rapidement à la fin de l'album et là je me demande ce qu'il s'est passé, où est passé le temps ? C'est bon signe en général quand on ne se fait pas chier en écoutant un disque. Et pour le plaisir je me repasse certains titres qui m'inspirent déjà une forte admiration : Je m'appelle Charles, pour chanter encore le magnifique hôtel Le Vauban et sa salle de concert mythique en rendant hommage à son propriétaire Charles Muzy. Meilleur jeune espoir masculin, sur fond de fascination pour le fait divers de l'histoire tragique de l'acteur Gérald Thomassin. Une histoire de soleil, Fruit, L'adolescence aux textes finement ciselés, aux rimes riches, loin de la bienveillance pompeuse et puis Mes disparus qui n'est pas sans rappeler Nos morts de l'album Ici-bas ici même. D'ailleurs quand j'écoute encore une fois de plus Simplifier dans son intégralité, j'ai l'impression de revenir huit ans en arrière tant je retrouve les mêmes sensations lors de ma découverte de Ici-bas ici même (2014), toutes déceptions effacées.

Le temps me dira si Simplifier sera autant écouté que cette poignée d'albums de Miossec qui me sont chers. Comme à chaque sortie d'un disque du chanteur, l'album demande à être profondément et patiemment apprivoisé avant d'être soit adopté soit laissé à quai. Pour ma part, j'ai fini par embarquer dans cette virée nocturne (Mes voitures) et je comprends maintenant les différents sens du mot simplifier...


Tracklist
01 - Tout est bleu
02 - Je m'appelle Charles
03 - Mes voitures
04 - Le message
05 - Meilleur jeune espoir masculin
06 - Qui, quoi, où, comment et pourquoi ?
07 - Mes disparus
08 - Une histoire de soleil
09 - Le fruit
10 - Je souligne
11 - L'adolescence

17 février 2023
Columbia Records


www.christophemiossec.com

Posts les plus consultés de ce blog

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Heeka - The Haunted Lemon (2024)

Alain Bashung and the Pogues - Dirty Old Town

Youn Sun Nah - Elles (2024)

Antoine Sahler - Le hasard (2024)