Sparklehorse - Bird Machine (2023)

C'est inévitable, vraiment, il y aura quelques larmes dans les écouteurs.


L'album posthume Bird Machine de Sparklehorse, met en lumière la simplicité de sa production, les émotions profondes qui s'y trouvent, ainsi que les touches personnelles du regretté Mark Linkous. L'album offre une expérience émotionnelle et musicale d'une grande profondeur, tout en permettant aux auditeurs de se reconnecter à cette musique après une longue période de silence que l'ont pensé éternelle. Les sentiments qui s'y dégagent décrivent les thèmes de l'éloignement et de la famille, du regret et de la solitude tout en étant parsemés d'occasions de lumière et d'affection occasionnelle, ajoutant une couche supplémentaire d'émotion.

L'ouverture It Will Never Stop et ses effets de mégaphone, nous reconnecte instantanément avec l'artiste même si la réalité nous rappelle que nous entendons ici que l'écho de son passé, mais quand il s'agit de Mark Linkous, c'est suffisant pour faire pleurer (de bonheur) un cœur. Dans le même tempo, il y a la ferveur punk de I Fucked It Up, ou la version power-pop de Listening to the Higson's de Robyn Hitchcock. Mais ce sont clairement les moments d'apesanteur que je préfère, ces musiques qui capturent tout le génie incroyable d'un homme capable de semer autant de poésies dans mon quotidien.
Outre le génialissime Evening Star Supercharger, je respire de joie le cœur lourd de mélancolie en écoutant Hello Lord, Falling Down, Everybody's Gone to Sleep ou le carrément flippant et hypnotisant O Child. Tout ces titres sont d'une douceur d'esprit et d'une fragilité qui vont droit au cœur. Même dans le chaos de l'univers de Sparklehorse, pour moi, c'est toujours comme ça. Depuis que j'ai découvert l'album It's A Wonderful Life il y a une dizaine d'années, entendre Mark Linkous c'est comme regarder les nuages défiler dans le ciel durant un couchant d'automne et se laisser emporter, il y a quelque chose de beau qui vient soulager mes tourments, apaiser mes hurlements. Comme un besoin, vital. Le monde est pourri, surtout en ce moment, et c'est donc un privilège de pouvoir découvrir et écouter de nouveaux titres comme ceux-ci, même si ce n'est que pour 40 minutes, elles reviendront hanter mes prochains jours très souvent. "Oh, ça va devenir plus lumineux / reste / reste / reste pour la journée" chante t'il sur le morceau de clôture Stay, promis, comme pour rester témoin de la magie de son monde à lui.


Tracklist
01 - It's Will Never Stop
02 - Kind Ghosts
03 - Evening Star Supercharger
04 - O Child
05 - Falling Down
06 - I Fucked It Up
07 - Hello Lord
08 - Daddy's Gone
09 - Chaos of the Universe
10 - Listening to the Higsons
11 - Everybody's Gone to Sleep
12 - The Scull of Lucia
13 - Blue
14 - Stay

08 septembre 2023
Anti-Records


www.marklinkous.com

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Les nouveaux clips du moment #4

Dominic Sonic - Qu'avons-nous fait (2024)

Youn Sun Nah - Elles (2024)

Mon album-live préféré d'Hubert-Félix Thiéfaine