Zebda - Essence Ordinaire (1998)

Honte à ceux qui résument cet album au seul titre de l'été 99, Tombez la Chemise dont le groupe y a laissé la sienne devant ce succès populaire. Essence Ordinaire est heureusement bien plus que cela.

À la fin des années 90, Zebda était le symbole d'une jeunesse pluriculturelle qui a émergé un soir du 12 juillet 1998 au cœur d'une France black-blanc-beur, symbolisant le vivre-ensemble. À cette époque, l'espoir régnait, porté par la conviction que le respect mutuel, la solidarité et l'acceptation de l'autre dans sa diversité étaient possibles. Nous étions une jeunesse animée de rêves et d'espoir. Et ce disque prenait tout un sens. Motivé, Zebda incarnait ce mélange culturel aux influences musicales multiples tissant dans ses titres une fantastique toile de sons et de rythmes venant du rap, du reggae, du rock, de la musique world, ou folklorique ibérique, maghrébine, d'Europe centrale ou du Proche-Orient. C'était aussi le chaud et doux accent du Sud-Ouest des trois chanteurs et porte-paroles du groupe, Magyd Cherfi et les frères Mouss et Hakim Amokrane. Le cœur du discours de ces potes originaires du même quartier populaire toulousain était assez simple. La plupart des textes font allusion aux problèmes d'intégration. Zebda fait passer ses messages davantage par le côté festif que par une approche trop radicale, tout en mêlant dénonciation et indignation. Cela permettait d'ouvrir à leur musique et aux auditeurs les portes vers une attitude positive et participative dans une cadence entraînante. On chantait, on tapait des mains, on dansait, les concerts étaient toujours une folie où on y lâchait des tonnes d'amour fraternel et de sueur. Inimitables et inoubliables, ils étaient des distributeurs de bonne énergie. Et la pochette est une tuerie.
Après les avoir découvert très tôt avec L'arène des rumeurs et avoir adoré le second opus, vrai album de combat Le bruit et l'odeur, Essence Ordinaire est venu clore une magnifique aventure musicale et humaine entre moi et ce groupe. La suite est arrivée quatre ans plus tard avec Utopie d'occase, qui, hélas, n'a pas trouvé son public, moi le premier. J'ai décroché en même temps qu'ils se sont essoufflés, mais seulement en partie, replongeant sans cesse dans la nostalgie et le plaisir d'écouter cet album. Tout comme les autres projets parallèles du Tactikollectif, notamment Motivé(s), mais surtout les deux albums live de 100% Collègues, dont le premier est un véritable bijou d'évasion et d'ouverture sur le monde.

"Mesdames, Messieurs et si on essayait de rajouter un nouveau mot dans le dictionnaire français, hein nous on essaye, nous ça fait déjà un petit moment, ce mot c’est Oualalaradime. Oualalaradime ça veut dire je te le jure, je le promet, je te le promet mais… C’est pas sûr !"


Tracklist
01 - Y'a pas d'arrangement
02 - Tomber la chemise
03 - Double peine
04 - Tombés des nues
05 - Quinze ans
06 - Je crois que ça va pas être possible
07 - Je suis
08 - Tout semble si
09 - On est chez nous
10 - Oualalaradime
11 - Le manouche
12 - Né dans la rue
13 - Le petit Robert

27 août 1998
La Tawa / Barclay


wwwagydcherfi.com
www.mouss-et-hakim.com
www.lesmotives.org

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Leïla Huissoud - La maladresse (2024)

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

Stupeflip - Parenthèse (2023)

Zaho de Sagazan - La symphonie des éclairs (2023)