Daniel Darc - Crèvecoeur (2004)

Quand résonnent les premières notes de Crèvecoeur et à l’occurrence par le premier titre La pluie qui tombe qui est à mes yeux l'une des plus belles chansons du monde, je suis transporté dans l'univers singulier de Daniel Darc, où les émotions intenses et les cris de douleur se mêlent. Les siens, les miens, ceux des autres qui volent dans les airs. Même sous un soleil rouge rose, la pluie persiste sur cet album. Chaque mot, chaque rime, chaque couleur renferme des sanglots, tissant des récits de vie, de mort, de passion et de désespoir. C'est palpable, vibrant, volume au tapis.

Crèvecoeur est un album mythique, une œuvre nocturne parfaite a tout point de vue, peu importe l'occasion surtout quand vous ne voyez pas l'heure de vous coucher il peut vous accompagner, un indispensable, un chef-d'œuvre entremêlant poésie, musique et sensibilité animale, organique, une plongée profonde dans cet univers de douleur et de douceur, crève cœur inévitable. Ce disque qui fête ses vingt ans cette année est une empreinte indélébile dans la musique que j'aime écouter jusqu'à fleur d'âme, à me l'écorcher. J'écoute Darc quand il pleut dehors et dedans. Même après sa disparition, ses chansons résonnent toujours aussi violemment, rappelant que la vie, malgré tout, est un hymne à l'infini. La musique, l'art, la poésie, ces expressions magiques, continuent de nous remplir de joie et de larmes, de musique, perpétuant ainsi un héritage monumental.



Tracklist
01 - La pluie qui tombe
02 - La main au coeur
03 - Rouge rose
04 - Eligie #2
05 - Inutile et hors d'usage
06 - Je me souviens, je me rappelle
07 - Un peu c'est tout
08 - Mes amis (tour à tour)
09 - Si tu vas là-bas
10 - Et quel crime ?
11 - Jamais, jamais
12 - Psaume 23

février 2004
Water Music


www.danieldarc.com

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Leïla Huissoud - La maladresse (2024)

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

Les Cowboys Fringants - Pub Royal (2024)

Stupeflip - Parenthèse (2023)