Chasseur - En diagonale (2024)

Je m'installe confortablement dans le canapé, un moment de calme après une journée bien remplie. La douce lumière du crépuscule vient taper aux carreaux des fenêtres, créant forcément une atmosphère propice à l'écoute d'un grand album. Ça tombe bien, sur la table, un verre de vin, et entre mes mains, l'album En diagonale de Chasseur, fraîchement sorti en avril dernier. Cet opus marque le retour de Gaël Desbois, l'artiste rennais, avec un quatrième album qui promet de surprendre.

Dès les premières notes, je suis happé par les rythmes claquants qui s'entrelacent avec des synthés spatiaux, m'enveloppant dans un tourbillon de sons délicieux. Chaque piste est une explosion auditive, oscillant entre new-wave et pop-rock. Les textures vives me transportent, et les paroles, empreintes de lucidité, me laissent la liberté de trouver mes propres espoirs et interprétations. Semblant inclassable, En diagonale déploie une palette d'ambiances riches et nuancées, exprimant une exigence artistique vertigineuse, loin d'être figée dans du déjà entendu. C'est nouveau, c'est frais, c'est beau, profond, captivant, intense, c'est une expérience auditive. L'attention au maximum, les dix titres qui composent ce disque soulèvent des interrogations profondes et m'incitent à la réflexion sur ce que nous sommes. Ça commence avec Les épines, ça se confirme avec En diagonale, de glissade en glissade je m'enfonce dans ces sonorités finement travaillées, j'ai envie de danser, j'ai envie d'être enlacé, j'ai envie de m'envoler, le piano intime, La rouille, Dans nos cerveaux et surtout, oh oui surtout Guettons le ciel avec ses spirales musicales envoûtantes. La chaleur traverse les carreaux et vient s'écraser sur mon visage. Casque sur les oreilles j'ai le feu qui me brûle se mariant magnifiquement les mélodies aux détails flamboyants. Lumineux, solaire, Chasseur conçoit des balades à la fois sensuelles, poétiques et subtiles aux relents de BO seventies. L'album possède une décontraction infinie, une élégance époustouflante grâce notamment à une production impeccable. Terminant l'écoute sur La brise en beauté synthétique, je suis noyé dans le blanc soleil de cette fin de journée, c'est la tempête dans mon crâne, la rafale musicale me fait dériver dans les courants d'euphories loin des tourments de cette vie avant de finir sur une histoire à s'inventer : Des cendres, pour ne pas descendre de ce plaisir en apesanteur qui vient de me submerger.


Tracklist
01 - Les épines
02 - En diagonale
03 - La rouille
04 - Dans nos cerveaux
05 - Pyromanes
06 - Feu
07 - Guettons le ciel
08 - La réplique
09 - La brise
10 - Des cendres

05 avril 2024
Reptile


www.chasseur.bandcamp.com
www.facebook.com/Chasseur

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Leïla Huissoud - La maladresse (2024)

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

Stupeflip - Parenthèse (2023)

Zaho de Sagazan - La symphonie des éclairs (2023)