Cheyenne Mouvement - En traces (2024)

Jusqu'ici tout va bien, c'est ainsi que commence la déclaration musicale de Cheyenne Mouvement. Une invitation à plonger dans un rock puissant sorti du four, bien chaud.
Jusqu'ici tout va bien, traversé par des motifs de douleur et de survie, résilience fragile face à des défis constants. Les épaules sont lourdes, entre espoir et désillusion, chaque mot est marqué par le poids des luttes et des rêves, créant une tension entre le désir de changement et l'emprise du passé. Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien… Dans l'obscurité une lumière à chercher, ambiance désolée où le silence règne, les rideaux de velours, l'écran solitaire, Salles obscures évoquent une nostalgie profonde en soulignant la gloire passée et la déchéance actuelle dans la métaphore d'une salle de cinéma abandonnée. C'est le sentiment qui prédomine dans cette vie, nous sommes abandonnés, des illusions aux désillusions en abondance alors face à cette réalité oppressante le désir d'évasion et de rébellion s'éveille. Dans le creux du pied, l'urgence dans le son, la poésie dans le volume à fond, l'existence humaine qui traverse divers états émotionnels et spirituels, tout ça se ressent dans cette musique joliment violente, magnifiquement frontale. Atmosphère chaotique pour mouvement de liberté, Les naufragés c'est la protestation et la rébellion, marquée par des images puissantes d’humains en résistance, avec des références à des mouvements sociaux contemporains comme les ZAD et les gilets jaunes. L'insoumission continue malgré la violence et les oppressions que cette vie propose, Cheyenne Mouvement scande, brandit le poing pour réactivité nos méninges engourdies dans les toiles. Dans les grandes plaines de nos histoires, le mouvement est intense, à l'image d'un No One Is Innocent made in Côte-d'Or. Ce premier EP chargé de belles promesses se termine comme il a commencé, sur une note de désillusion et de désir d'évasion vers l'oubli, jusqu'ici tout va toujours bien, La malinette enfin, dans une forme de rêve fiévreux observant le monde de haut tout en étant étranger aux événements et aux faiblesses humaines. Perte de contrôle volontaire dans ce rock ardent à la noise envoûtante. Ventile, ventile ! Souffle sur les braises, le message est passé, la flamme brille.


Tracklist
01 - Jusqu'ici tout va bien
02 - Salles obscures
03 - Dans le creux du pied
04 - Les naufragés
05 - La malinette

23 mai 2024
Autoproduction


www.cheyennemouvement.bandcamp.com
www.facebook.com

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Les nouveaux clips du moment #8

Sidi Wacho - Habibi Sudaka (2024)

Gérard Manset - L'algue bleue (2024)

Leïla Huissoud - La maladresse (2024)