Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

30 septembre 2014

Rodrigue - Spectaculaire Diffus

Il a tout pour. La voix parfois grave, parfois chaude, crémeuse et rêveuse, une plume qui donne une élégance sensuelle aux mots, les images qui prennent vie dans nos vies, l'instinct de la mélodie qui valse et qui galope, qui nous emporte dans une fragilité affective et contagieuse. Doux Jésus, Rodrigue est de retour avec un troisième album qui s'annonce particulièrement brillant.


À la première écoute de Spectaculaire Diffus, les yeux restent clos, les oreilles en éventail reprennent difficilement leurs esprits, et il n'y a rien d'autre à faire que de fanfaronner sous le poids de toutes ces saveurs qui viennent de jaillir de cet album fou, oui fou. Mais d'un beau fou.

Le meilleur moyen de découvrir cet album ? Le milieu de la nuit assurément. Trop tard pour s’endormir, trop tôt pour se lever. C'est surtout le moment parfait pour se faire enivrer de poésie. Rodrigue lui, n'en fait pas dans la surenchère. Il l'aide à s'épanouir à coup de mots, mais aussi dans le propos, le ton, le geste, l’ambiance, le chemin et les digressions. Dans le moindre détail, il y a de la poésie. Rien ne semble être laissé au hasard, ce qui surprend d'ailleurs au premier abord. La propreté des arrangements, la fluidité des sensations, la réalisation si soigneuse... Tout parait si impeccable que l'on voudrait mettre des gants de velours pour ne pas salir le bijou.

Dès le premier morceau "Un petit mot de travers" l'artiste touche à l’âme. Une voix envoutante pour une excursion au cœur d'une jungle d'émotions, d'amour et de dégouts. Les fanatiques de la première heure (Le jour où je suis devenu fou) seront aux anges, puisque Rodrigue nous chavire avec de sublimes moments qui font monter les frissons, ou font lâcher prise à coup de rage à l'instar d'un Saez. On fait référence au deuxième titre "Stone", et puis "Mi-ange, mi-démon" nous fera danser à l'unisson, reprenant en chœurs et en joie le refrain. Un bonheur libérateur et contagieux. Le Lillois y va également d’une frémissante "Des Pas" superbe mariage entre voix et piano, puissance d'un morceau caressant le zénith des plus beaux titres de la chanson Française, d’une prenante "L'attache" et d’une dévorante poésie érotique titrée "Sa chatte #SpectaculaireDiffus".
On peut spécifiquement apprécié l’audacieuse "International" une sorte de blues-arabesque-rock-psychédélique ou se mélange voix allemande (Clément Barbier) voix Arabe (Mounya Boudiaf) voix Indienne (Tulika Srivastava) voix Anglaise (Yves-Alain Nsoga). "3 jours" ballade de bord de mer, de nostalgie et d'amour intense  à coup de référence aux sixties, à Rimbaud, à Bowie... Le régal n'en démord pas. Mélange de rock ou de pop, Rodrigue n'hésite pas à sortir des sentiers battus, poussant comme à chaque fois ses limites musicales, secouant les codes de la création. "Hentai" puis "Iris Messagère des Dieux" en sont la preuve. L'utilisation judicieuse de guitares qu'elles deviennent électriques et survoltées ou folk et voyageuses comme sur "La Route" sur laquelle Rodrigue pose un dernier regard qui nous invite encore une fois à la réflexion. 
Un album de la maturité ? Peut-être, peut-être pas. En tout cas l'artiste ne change pas et garde cette insouciance, cette passion créative et cette volonté de toujours chercher la vérité ou le mensonge qu'entretient l'homme face à lui même, à l'autre, à la société. En gardant cette acidité qui le rend si singulier et en restant honnête vis à vis de lui même et de son public.  

Restons aussi honnête, Rodrigue est l'un de ces artistes dont la luminosité émerveille et Spectaculaire Diffus ne peut que le placer sur le palier des plus grands. Ce chef-d’œuvre de douze titres foudroyant, mérite pleinement l’admiration.


Sortie nationale le 13 octobre 2014

http://www.rodrigueweb.com/
https://www.facebook.com/rodrigueweb




 
© since 2014
-->