Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

16 mars 2017

Daguerre - La nuit traversée

Entrecouper son quotidien par des petits bouts de poésies, entre deux tranches de mauvais temps une voix profonde résonne et les mots pleuvent dans un déluge de cordes. La nuit tombe, Daguerre se penche sur mon oreille, il se met à chanter, je ferme les yeux, j'ai le cœur qui vibre.


Cette nuit est une promesse. Cette nuit on va se perdre, se retrouver, s'oublier, se rappeler, se battre et puis se relever. Une nuit sombre mais douce, une nuit où si l'on tend bien l'oreille des voix chuchotent, une nuit où le poète Daguerre accroche des mots sur les étoiles pour éclairer cette nuit traversée. Le paysage pourrait être brumeux, cette poésie illumine nos zones d'ombre, « Cette nuit nous devons partir et on ne va pas se mentir / D’autres ont essayé avant nous, et on a tous entendu dire / Fuir c’est mourir / Il nous faut prendre le risque d’affronter ce sentiment / Et choisir / Qu’on a le droit de rêver / D’une meilleure destinée / On a le droit de rêver / De la nuit traversée. » Les aiguilles de l'horloge viennent de ralentir, instantanément dès que le premier morceau Oublier vient de résonner dans ma pièce. Ce temps qui ralentit c'est une capture de sentiments portés par une chevauchée de cordes majestueuses, et dans les filets du chanteur basque je suis pris, sans résistance. C'est puissant. Une puissance qui se reflète également sur La couleur de Barbara, magnifique hommage à la chanteuse de minuit. D'une langoureuse poésie, Daguerre caresse la grâce. Qui aime Barbara, aimeront ces mots posés soigneusement, tendrement, une petite merveille, une sacrée belle virée sonore dans cet objet, le concept poétique d'un livre-album qui fait la nique à l'heure du tout numérique, il est là, beau et fier comme un livre de bibliothèque. Aux chansons de Daguerre, s'ajoutent les illustrations de Sarane Mathis et le récit de Mély Vintilhac. Ici on écoute aussi avec les yeux, on touche, on caresse avec précaution. C'est un beau projet qui surgit et d'où jaillissent d'autres morceaux délicieux ​à saveur rock longuement mûrie, entre rêves et tensions, Si vous saviez et Au diable sont encore à danser dans un coin de ma tête. Les secrets vient provoquer l'enthousiasme pop-rock du groupe, un Tu dis de moi absolument émouvant et prenant, trop rare pour ne pas être acclamé haut et fort. Et toujours cette voix au service de texte forts et poignants, jusqu'à ce que le chanteur termine dans sa langue natale avec Xalbadorren Heriotzean. Quelques poignées d'évasion pour un immense plaisir musical qui me fait dire que parmi les fantômes gris de la planète consommation, perdu dans une foule avalée par des médias sans amour pour l'art, existe des artistes d'un autre monde qui sont là pour nous faire vivre la musique. Une musique qui n'est pas que divertissante, ici-même c'est une musique qui élève l'âme et nous couvre d'une poésie qui donne à la réalité une autre dimension. Daguerre est grand. 


Avec certain disque, il m'est parfois difficile de revenir au jour. La nuit traversée fait partie de ces albums dont je voudrais que sa poésie ne s'arrête jamais...

Tracklist
01 - Oublier
02 - La couleur de Barbara
03 - Dérisoire
04 - La nuit traversée
05 - Si vous saviez
06 - Au diable
07 - Les secrets
08 - Tu dis de moi
09 - Xalbadorren Heriotzean

Sortie le 10 février 2017
LamaO Editions

www.facebook.com/DaguerreOfficiel
www.daguerre.mu

avatar
isa
16 mars 2017 à 19:44

J'adore le concept du livre-album, j'aime la musique et les mots de Daguerre... Il faut impérativement que je me procure cette Nuit traversée !

Reply
 
© since 2014
-->