Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

16 septembre 2018

Manu - Entre deux eaux, Vol 1

Je ne me suis jamais vraiment remis de Tenki Ame. Il y a trois ans, il y a eu La Vérité, que j'avais sacrément bien aimé aussi. Bon j'avoue, Manu c'est un peu une amourette d'adolescence depuis l'aventure Dolly. Il suffit qu'elle chante et je flanche. Alors qu'elle décide de revisiter son répertoire et celui de Dolly en acoustique, je ne réponds plus de rien.


Parce que Manu c'est d'abord une voix qui me fait lâcher prise. C'est aussi un rock qui me fait plier. Plier de plaisir. Mais oui, quel plaisir dès le premier morceau Goodbye... Cette balade qui glisse sur le temps, un violoncelle qui me prend la main, un chant qui me prend l'autre main, puis une guitare qui me prend le cœur, qui me l’accélère, qui... Je n'ai écouté que ce morceau pendant un mois. C'était un peu prévu, comme je l'ai déjà dit, dès qu'il y a un violoncelle je deviens faible, faible d'amour. Et puis cette chanson dans sa version rock était déjà tellement belle, alors là... Ecoutez donc la session filmée par le Cargo ici : https://youtu.be/kkf3QWnoaHQ et vous comprendrez sûrement. Dans ce concept de best-of de bon goût, les morceaux s’enchaînent, posés et éthérés, ils voguent à l'aise au milieu de vagues  mélancoliques, mis à nu par des compositions tellement aériennes qu'on pourrait s'envoler. A condition de ne s'envoler que pour suivre Manu dans son vertige féerique. Parce que chez moi, dès qu'il y a de la harpe je pense à Brocéliande. C'est dans mon A.D.N breton, mais la féerie ça lui va bien à la princesse Emmanuelle. Aujourd'hui son royaume rock est sous l'emprise d'un sortilège de charme, son univers devient acoustique et Entre deux eaux, vol 1 revisite un joli répertoire. Après avoir réussi à sortir de l'emprise ravageuse de Goodbye, j'ai parcouru le reste de l'album avec des étoiles pleins les yeux et les oreilles. Et d'autres morceaux sont venus se graver quelque part là sous ma poitrine. Je n'veux pas rester sage et son introduction émouvante, Amaku Ochiru évidement, me renvoyant aux couleurs pastels des films de Miyazaki, le fantastique Entre deux eaux, l'éblouissante You Call Me Name, L'hiver qui me plonge dans une mélancolie heureuse, et cerise sur le gâteau, un cover qui lui va comme un gant : Je suis déjà parti de Taxi Girl... Daniel aurait aimé, Darc aurait kiffé. 


Sans surprise, parce qu'il est à son image, Manu nous offre un album bonheur. Un disque raffiné, poétique, puissant et élégant. De quoi se mettre à genoux et lui glisser la bague au doigt, à la vie, à l'amour, pour qu'il puisse vivre dans ma collection d'albums pour le restant de mes jours. Pour des moments de plaisir (comme toujours avec Manu)... 

Tracklist
01 - Goodbye
02 - Comme un gant
03 - Allée des Tilleuls
04 - Un baiser dans le cou
05 - A bout pas au bout (Feat Noël Matteï)
06 - Amaku Ochiru
07 - Entre deux eaux
08 - You Call Me Name
09 - Je n'veux pas rester sage
10 - L'hiver
11 - Le paradis
12 - Je suis déjà parti (Cover Taxi Girl)

27 avril 2018
Tekini Records


www.facebook.com/manufriends
www.manu-friends.com

 
© since 2014
-->