Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.

2 avril 2019

Marjolaine Piémont - Sans le superflu

J'aurais regretté qu'il me passe sous les oreilles celui-là. Sans le superflu est un album qui fait du bien, à prendre sans pincettes... Marjolaine Piémont, vénus du second degré, vient de sortir en janvier dernier, un premier album détonnant, explosant de fraîcheur et loin d'être de mauvais goût.


Empreinte d’une agréable énergie, Sans le superflu me fait passer par bien des sentiments différents. Entre hilarité et admiration, Marjolaine Piémont me fait passer par bien des sentiments également, dont je lui fais une place quelque part entre l'élégance d'une China Forbes et le franc-parler d'une GiedRé. Bien calée, entre ces deux artistes que j'admire follement, la chanteuse m'impose sans forcer son univers et son premier album est jouissif, tout simplement. Déjà parce qu'il commence très fort avec le fantastique titre Je suis bonne. Nouvel hymne pour ces femmes émancipées laissant derrière elles le "Sois belle et tais-toi" insupportable. Voilà la première preuve que Marjolaine n'a pas sa langue dans sa poche et c'est tant mieux. D'une voix mélodieuse, direct et claire, elle manie avec justesse le sous-entendu et les ambiguïtés, ce qui rend un répertoire délicieux. Son album est incroyable. Drôle au premier abord, souvent mélancolique (Il était une fois), sans jamais tomber dans le trash ou le vulgaire : C'est beau un homme à poils / C'est presque un animal / C'est chaud un homme à poils / C'est mieux qu'un chien, presque un cheval. Saluons l'écriture ! Je te l'ai déjà dit Maurice, mais c'est un régal. Encore une preuve avec l’enivrante Ma beauté intérieure, quand "il" ne l'a prend souvent qu'entre 5 et 7 pour lui parler de sa beauté intérieure, quand sensualité et érotisme flirt avec coloscopie de jambes en l'air. Peut-être ai-je autant l'esprit tordu qu'elle, puisqu'elle ne parle que d'un docteur, sûrement d'un gynécologue. Le parcours de santé est dans la même lignée. Elle chantonne ce petit coin de paradis fertile au cœur de la ville, où elle aime se balader se prenant pour une reine avec mille âmes à (sous) ses pieds. Dans l'écriture, il y a aussi un petit peu de Bénabar (celui d'avant avec ses associés), pour cette façon poétique d'embellir des mots classiques afin de raconter au mieux les petits quotidiens. Je pense à la plume et à l'univers d'Oldelaf aussi en écoutant et en savourant Vos corps. Une autre chouette chanson, c'est : A quoi ça sert. Pour le rythme, pour le sens des questions qu'elle se pose. Enfin pour finir, mention "cœur avec les doigts" pour la comptine Vieille. Sourire tout en se sentant triste, moi je dis bravo. Encore une belle chanson sur la maladie d'Alzheimer (Je pense à  L'étranger dans la glace de Thiėfaine, ou  La symphonie  d'Alzheimer de Barcella).
Le rideau tombe, je me lève, j'applaudis à me saigner les mains, j’adhère et j'adore cet album, cette artiste, son univers, sa musique, sa plume... 


Avec son humour doux acide, et sa tendresse piquante, j'espère que Sans le superflu va agréablement surprendre beaucoup d'âmes sensibles en quête d'originalité qui traîne par ici. 

Tracklist
01 - Je suis bonne
02 - Il était une fois
03 - Serrer la main
04 - C'est beau un homme à poils
05 - Ma beauté intérieure
06 - Le parcours de santé
07 - A quoi ça sert
08 - Sans le superflu
09 - Femme mais pas d'un homme
10 - L'amour nous a roulé dans de beaux draps
11 - La soldomi
12 - Vos corps
13 - Vieille

11 janvier 2019
Washi Washa

www.facebook.com/MarjolainePiemontOfficiel
www.marjolainepiemont.com

 
© since 2014
-->