14 février 2020

"Loin des chansonniers, Acquin (comme coquin, taquin, parisien, baldaquin, Saint Thomas d’Aquin ?) lorgne plus du côté post-punk eighties et rock du genre, à l’empreinte musicale forte, tourmentée et ciselée. Sous une parure aux élégances rock, il délivre ses chansons sombres et distantes. Leur écoute sera au choix clinique, esthétique ou ironique. C’est selon.
A travers une esthétique narrative et distanciée, la trame générale de Bareback dépeint et savoure différentes expériences de vie, de violences, de méandres amoureux, venant
occuper l’existence et pallier son inquiétante absurdité. Cet album, continuité d’un premier EP Les Choix Esthétiques, d’une expérience live, et de la rencontre avec Frédéric Lo, s’inscrit dans une filiation avec l’album Crèvecoeur de Daniel Darc."
"Longtemps inspiré par le travail de Daniel Darc et de Frédéric Lo, notamment par l’album mythique crève cœur, la rencontre entre les deux hommes se fait naturellement. Cet amour esthétique commun pousse les deux hommes à concevoir ce premier album, Bareback, comme une filiation entre deux générations se succédant. Frédéric Lo y retrouve cet univers qui inspira nombreux musiciens français pour y revenir avec plaisir. Ils échangent leurs inspirations musicales, revenant tant sur des œuvres classiques que sur des œuvres dites pop ou rock. Ils rassemblent ainsi leurs origines musicales, Acquin étant issu d’une longue formation classique, et Frédéric Lo ayant réalisé de nombreux album de la scène rock et pop (Alex Beaupain, Alain Baschung, Bill Pritchard, Pony Pony Run Run).

En live, Acquin décline ces chansons en quatuor rock, accompagné par Thomas Chalindar à la batterie (In the canapy…), Olivier Legall (Sophie Tapie, Gervaise, Karen Lano…) à la guitare/clavier, Stéphane Mugnier à la basse (Kinito, Gervaise…), et parfois en quintette avec le claviériste Antoine Tiburce (Frédéric Lo, Alex Beaupain).
Ces chansons savent tout aussi bien prendre forme sous une couleur plus intimiste en formation piano voix."

Dossier de presse

Sortie le 14 février 2020 / www.facebook.com/acquinmusic

Commentaire(s) :