Imbert Imbert - Mémoires d'un enfant de 300 000 ans

Bouger, partir plus loin, respirer pour de vrai, je rêve de plus en plus d'explorer l'horizon comme avant. Avec le casque sur les oreilles, je prends encore un délicieux plaisir grâce à Imbert Imbert qui vient de débouler au beau milieu des prisons de ce quotidien avec un nouvel album. Un disque envoutant par de délicieuses chansons au doux parfum de liberté.

D'une écriture habile bien au chaud dans les bras d'une contrebasse quasi érotique, Imbert Imbert insuffle une œuvre de onze titres où se mêle soigneusement jazz, rock et chanson dans un esprit punk. C'est frissons et orgasmes assurés dès le premier morceau Mémoires d'un enfant de 300 000 ans. L'auteur nous emmène là où peu réussissent à le faire. C'est tout mon corps qui est aspiré dans ce premier titre. Puissante sera la découverte, intense seront les premières écoutes, extrême sera mon appétit pour cet album. Entre révolte et délicatesse, la poésie lumineuse d'Imbert Imbert sort de l'ombre doucement pour bousculer, frapper, retourner le cœur avec une bienveillance réconfortante. Sa musique est une fenêtre ouverte pour celui qui l'écoute dans une forme de vérité et de transparence. Un effet de miroir inéluctable tant l'écho du disque est profond, frontal mais aussi serein. Une contrebasse, une guitare, une batterie, une voix, accordées en une symbiose des plus alchimiques. Je transpire de sentiments forts aux écoutes excessives de L'amour tentacules, Feu de toi, Les crochets des atomes, ColombaTu manques à la musique quand le chanteur pose son âme d'écorché vif sur une musique qui s'accroche aux tripes. Admiration totale pour Mémoires d'un enfant de 300 000 ans décliné en trois parties, en trois terrains de jeux pour l'artiste qui parle de la mémoire "dans tout ce qu'elle permet d'oublier, ou plutôt de ce qu'il reste après l'oubli". Tout ça sort du cœur, et ça fait du bien. Je crois que je peux ranger amoureusement cet album entre ceux de Mano Solo et Simon Chouf, il sera bien là. 

D'une fragilité à l'état pur, au sens de sublime, on ne peut rien lui enlever, rien lui reprocher. Cet album est fabuleusement beau et terriblement aspirant, offrant même un sens au vacarme ambiant actuel. Une grande œuvre !

Tracklist

01 - Mémoires d'un enfant de 300 000 ans I
02 -  Tous les crocodiles
03 - L'amour tentacules
04 - Feu de toi
05 - Ton secret
06 - Mémoires d'un enfant de 300 000 ans II
07 - Les crochets des atomes
08 - Casser des oeufs
09 - Colomba
10 - Tu manques à la musique
11 - Mémoires d'un enfant de 300 000 ans III

02 octobre 2020
Printival / L'autre Distribution


www.imbertimbert.fr
www.facebook.com/ImbertImbert

Commentaires

  1. Effectivement un bel album, dont j'ai d'abord découvert la chanson titre avant de l'écouter un entier. Et dont plusieurs titres sont allés directement se loger dans ma playlist d'octobre (Mémoires d'un enfant de 300 000 ans I et II, L'amour tentacules, Tu manques à la musique).
    Je connaissais déjà quelques chansons de ses précédents albums, celui-ci est venu confirmer l'intérêt que je porte à l'artiste.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire