Au commencement des "Premiers cris" mini-album né en live, Boucan était trois : Mathias Imbert (contrebasse), Brunoï Zarn (guitares, banjo) et Piero Pépin (trompette). Une rencontre, une évidence et un premier album Déborder voit le jour. Puis arrive 2020, Piero Pépin décède, la France est confinée et le boucan se transforme en colère mammouth.


Rendu à deux (mais avec beaucoup d'invités), Boucan fait toujours autant de bruit. Dès le premier morceau ils reprennent contact avec la vie. Allo allo ? 3,2,1 Contact ! Dans ces chants de rage je ne raccroche pas. Le contact est viscéral, percutant. Comme Déborder qui est un album débordant, explosant les barrières, Colère Mammouth semble rapidement être à la hauteur de son nom. Des profondeurs de l'âme, Mathias et Brunoï font jaillir l'urgence de vivre. La deuxième piste est une ballade splendide. Tout ce qui ne vaut rien, douceur, bonheur tout ce qui ne vaut rien valent finalement tout l'or du monde. Merci de le rappeler. Ces futiles détails qui nous font, qui nous accompagnent ce sont nos histoires, nos souvenirs. Cette chanson est mélancoliquement belle. Longue (6 minutes) et belle. Je la fredonne aussi rapidement. Boucan captive l'attention avec cette chanson et tire rapidement l'auditeur dans son univers. Oh Ma Lo' confirme cela pour son côté chanson fédératrice. Westen de bord de mer breton, le refrain chantant, le rythme dansant. No Mas Die place définitivement l'album au sommet d'un genre difficilement qualifiable. C'est que ce boucan-là n'aimerait pas qu'on l'enferme dans une catégorie. Le nouvel univers de Boucan est un capharnaüm d'énergies puisées dans le rock, le blues, le punk, le noise, le folk, la musique tzigane. De l'énergie électrique qui coule dans les veines quand on découvre le morceau démentiel C'est un ordre. Evocation chamanique jouée et interprétée physiquement, avec les tripes, à la sueur, aux mouvements de tous les membres. Imbriqué dans cette musique, mes organes vibrent aussi. Je croyais que Tout ce qui ne vaut rien ou encore Oh Ma Lo' étaient les gros morceaux de l'album, mais alors celui-ci... Même avec le casque sur les oreilles, volume à fond, je ne suis pas rassasier. Je ne le serait qu'en l'appréciant en concert, en transe dans la fosse au contact d'une centaine de corps en chaleur. 
Véritablement non-conventionnel, les titres s'enchainent sans jamais se ressembler. Et c'est beau comme un éclair qui fend l'orage. Du coq à l'âne, on peut passer de Prison avec sa mélodie des îles outre-Atlantique à du foutraque punk sur le Jamais d'accord joliment barré. Boucan est un de ces groupes de musique à la croisée des genres. Audacieux dans l’exploration sonore, téméraires dans la recherche d’émotions particulières. Qu'elles soient progressives ou impulsives, les émotions emportent au fil des morceaux. Elles qui semblent toujours tendues sur un fond de rage affleurent doucement mais sûrement. Treize morceaux pour une fantastique séance d'écoute, autant pour les textes, que pour les chants, que pour les compositions. Coup de grâce dans un happy-end en feu d'artifice : La Duende. Relâchement total, on ouvre les vannes, on lâche nos fauves en nous. Boucan en chef de fanfare. Intense. Puissant. Fou. Profond. Boucan tout simplement. 


Colère Mammouth, mixé par Oz Fritz (Tom Waits), est aussi inattendu qu’envoûtant, parfois léger mais toujours cinglant. De tensions en relâchements, de délicatesses en déchaînements, le nouvel album de Boucan captive, remue et surprend. Une belle surprise dont je ne me lasse pas…

Tracklist
01 - Contact
02 - Tout ce qui ne vaut rien
03 - Oh Ma Lo'
04 - No Mas Die
05 - Je sifflerai
06 - C'est un ordre
07 - Prison
08 - Jamais d'accord
09 - Les Chakras du chat
10 - On va tous mourir
11 - Novembre
12 - La duende
13 - Tout ce qui ne vaut rien (radio edit)

28 janvier 2022
Popatex / L'autre Distribution


www.facebook.com/duboucanenveuxtu
www.boucan.org