Matmatah - Miscellanées bissextiles

Dès le premier titre, Erlenmeyer, le constat s'impose : ce double album déstructure l'esprit et prouve que Matmatah ne faiblira jamais face à la création facile en sortant volontiers des sentiers battus et des formats. Ce premier morceau noir hypnotique et expérimental électro dure ni plus ni moins seize minutes ! Une belle invitation, ça commence très fort. Puis s'ensuit quatre morceaux au destin de tubes matmatesques qui complètent le premier disque. Populaire rend hommage à tous les procureurs que nous sommes avec nos peurs absurdes, Le rhume des foins fera danser les allergiques, moi le premier, sur une énergie que l'on reconnaît bien. Brest-même sous le prisme de souvenirs réels ou fantasmés, le souvenir d'une ville qui transpire de sensations, de sensorialité où Brest n'est pas présentée de manière descriptive, mais plutôt de manière évocatrice. Tandis que Hypnagogia, bah sérieux ! Quel morceau ! L’hypnagogie, cet étrange état intermédiaire entre la conscience et le sommeil au moment de l’endormissement, chacun l’a vécu. Et en musique, casque sur les oreilles c'est l'ascenseur vers un état planant.

Le deuxième disque commence avec un goût de back to Breizh électro. L'héritage bretonne au goût du jour, en somme, jusqu'à nous proposer au fil des minutes une excursion en terre Matmatah. Un morceau instrumental de sept minutes qui nous donne la définition du pourquoi on aime tant ce groupe et ses histoires. Loin d'une pop-rock plan plan pour satisfaire le divertissement populaire, la bande à Stan explore, se réinvente, ose, brouille les pistes et garde une liberté totale de création sans concession. En tout cas c'est ce que je ressens et qui me fascine chez eux. Si j'ai laissé croire que le premier disque était énorme par ses potentiels "tubes" et autres morceaux grandioses, le deuxième disque à tout ce qu'il faut aussi pour ne pas rester dans l'ombre du premier. De grandiose à dantesque il n'y a qu'un pas, les enchaînements de titres m'émerveille. De l'écologique titre Obscène Anthropocène et son brûlot de refrain "Laissons la vie s'effondrer sur nous-même / Après tout nous ne serons passible d'aucune peine / Laissons la vie s'effondrer sur elle-même / Dépechons nous d'achever notre requiem…" à l'énorme Let's Say It's Alright, les cinq brestois proposent une multitude d'émotions musicales en dévoilant un savoir-faire incroyable, foisonnant de textes clinquants, de musiques fringantes, de saveurs raffinées et d'une liberté créative totalement folle. Miscellanées bissextiles, le sixième du groupe, est un excellent millésime. Un grand grand disque par l'un des meilleurs groupes français en activité. Tout simplement.



Tracklist
Disque 1
01 -  Erlenmeyer
02 - Populaire
03 - Le rhume des foins
04 - Brest-même
05 - Hypnagogia

Disque 2
06 - Trenkenn Fisel
07 - Obscène Anthropocène
08 - Fière allure
09 - Bet You And I
10 - De l'aventure
11 - SklogW
12 - La posologie
13 - Let's Say It's Alright
14 - Coupette ?

03 février 2023
La Ouache production


www.matmatah.com
www.facebook.com/Matmatah.official

Posts les plus consultés de ce blog

Alain Bashung and the Pogues - Dirty Old Town

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Heeka - The Haunted Lemon (2024)

Antoine Sahler - Le hasard (2024)

MPL - Bonhommes