Topsy Turvy's - It Can't Be Easy

Quand j'ai découvert ce que ce groupe de Poitiers m'a proposé dans son mail, j'ai retrouvé ma jeunesse. Oh oui, ça m'a renvoyé à cet ancien temps où je m'éclatais à pousser le volume à fond sur Sum41, NOFX, The Offspring, Simple plan, Green Day, Blink-182...

Dans la même veine que les groupes que j'ai cité, je retrouve d'agréables sensations en écoutant ce It Can't Be Easy qui est sorti le vendredi 13 janvier dernier sur une douzaine de labels indépendants internationaux. Excusez du peu ! Faut dire que ce punk rock mélodique n'a pas de frontière, et l'album contient tout ce qu'il faut pour plaire : de bonnes compositions, de bonnes idées, des mélodies et une véritable unité homogène sur l'ensemble de la production. Leurs influences vont du hardcore mélodique des années 90, au indie punk plus moderne, en passant par la vague emo de la fin des 90’s au début des années 2000. It Can't Be Easy, leur premier album après trois EP et quelques splits, marque quinze ans d'existence sur les routes et sur les scènes. Et l'album m'amène de surprises en surprises. Déjà le premier titre, No Surrender, me file une belle couche de nostalgie aux saveurs punk outre atlantique. Puis je suis émerveillé par la double présence de voix masculine et féminine qui fonctionne à merveille et m'apporte cette couleur d'originalité peu familière dans ma maigre culture du genre. Ça me rappelle mes ami(e)s québécois de Eric Panic (allez, encore un saut en arrière ! décidément, des sensations, ce disque m'en procure !). Je suis une quiche en anglais, mais je crois que si les thèmes abordés par le groupe semble plus tirer vers le pessimisme des choses que l'on rencontre dans cette vie, il chante tout même l'espoir sur It Can't Be Easy. On sait très bien que la musique n'a pas le pouvoir de changer le monde mais qu'elle peut en revanche avoir le pouvoir de nous marquer de façon indélébile. Comme en étant coincé dans les limbes à perdre son temps dans l'excellent Not so Long aux riffs de guitare enjoués, comme les moments de solitude (Forever Alone, Last Summer), comme les combats contre l'alcool dans Perfect Day. Avec une musique pareille, j'ai le sentiment qu'on affronte beaucoup mieux les situations désastreuses à condition d'être accompagné d'une bonne grosse dose d'énergie brute dans les oreilles. Ce qui n'est pas sans me rappeler ce que faisaient (ou font) Guérilla Poubelle, Justin(e) ou Burning Heads ici chez nous, dans le circuit punk indé made in France. En tout cas merci pour les souvenirs et bravo ! Ce premier opus à la pochette sublime mérite d'être largement promu et médiatisé, donnant vie à bon nombre de titres décomplexés et décomplexant tant ils revêtent de sentiments positifs. C'est ce que je ressens quand j'écoute l'album. La liste des superlatifs serait trop longue, mais la plus grande réussite de Topsy Turvy's est de connaître parfaitement les codes pour vous faire rentrer sa musique et ses chansons dans la tête. Pour le meilleur, et jamais pas pour le pire.


Tracklist
01 - No Surrender
02 - You Don't Know
03 - Not So Long
04 - Are We Still Alive ?
05 - Forever Alone
06 - Perfect Day
07 - Last Summer
08 - Question Everything
09 - Suffocate
10 - It's Can't Be Easy
11 - Nothing Remains

13 janvier 2023
distributed by KROD Records


www.facebook.com/topsyturvys
www.topsyturvys.net

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Les nouveaux clips du moment #4

Dominic Sonic - Qu'avons-nous fait (2024)

Youn Sun Nah - Elles (2024)

Mon album-live préféré d'Hubert-Félix Thiéfaine