Gwendoline - C'est à nous ça (2024)

Découverte percutante lors des Trans de 2021. Perturbante même. Ils viennent de sortir un nouvel album en ce début mars. J'adore, mais je ne sais pas comment situer mon enthousiasme au milieu de ce débit de sarcasme. Si la musique de Gwendoline ne cherche ni à plaire, ni à faire réfléchir, ni à faire danser, elle laisse tout de même des traces dans la tête après son passage.

Comme ça on dirait que ça enfonce des portes ouvertes à coup de synthés sombres et pourtant, au milieu de cette atmosphère chargée de tensions et de désillusions qui parfume notre époque d'une bonne odeur de merde, Gwendoline apporte une sorte d’antidote musical pour ceux qui ont perdu foi en l'humanité. Bienvenue au club.

À travers leur regard acerbe et amer sur le monde, et leur musique librement cold wave à coups de boucles entêtantes crues et directes, découlent une désinvolte authentique, inspirée d'une lucide et futile analyse sociale, écologique et culturelle. Poignantes ou ironiques, potaches ou puissantes, les paroles incisives dénoncent les injustices sociales et les hypocrisies contemporaines offrant une perspective à la fois pertinente et angoissante sur la vie quotidienne de notre classe moyenne. De quoi s'éveiller ou se terrer. On aime ou on aime pas, il n'y a pas de juste milieu avec le groupe révélé à Rennes et désormais brestois. Pierre et Mickaël ne veulent pas se prendre au sérieux, refusant d'être catégorisés et le désir de ne pas se conformer aux attentes de l'industrie musicale font d'eux des bons gars spontanés. Que ça irrite ou que ça soulève, musicalement l'univers instinctif de Gwendoline a le mérite de secouer les consciences, d'évacuer les frustrations accumulées dans notre société tout en offrant des moments de légèreté et divertissant. Ça tape dans le crâne. Ça m'influence trop. Je suis dans le train entouré de têtes de cul aussi moche que moi, qui font défiler des stories à la con, racontent leur journée de merde au téléphone, tirent la tronche parce qu'ils sont debout et que la Sncf ce ne sont que des branleurs, C'est à moi ça dans les oreilles et c'est un défouloir religieusement solitaire assuré, assumé. Je me sens bien mieux une fois le pied posé sur le quai et que je retrouve ma bulle avant de m'organiser des vacances dans des clubs de connards / Et faire bosser toute l'année toute cette bande de smicards / Peigner les gosses, prendre la voiture, abandonner le clébard / Prendre l'avion avec Selfie en guise de souvenir… (Clubs) C'est le même défouloir quand j'écoute dans la même veine Stupeflip, Bagarre, Terrier, Astéréotypie, c'est gratuit et ça fait du bien puis je m'excuse auprès de ces voyageurs quand je me suffit de croire que ce monde est génial.


Tracklist
01- Conspire
02- Clubs
03 - Rock 2000
04- Si j’préfère
05- Héros national
06- Merci la ville
07- Palace Meetic
08 - Le sang de papa et maman
09- Pinata
10 - Parce que j'ai rêvé d'être riche

01 mars 2024
Born Bad Records


www.facebook.com/Gwendolinemusique
www.gwendoline.bandcamp.com

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Jane Birkin by Friends

Asia - Le temps d'aller mieux (2024)

The Doug - réparer (2024)

Noé Preszow - [prèchof] (2024)