J'écoute La balade sauvage de Nicolas Paugam

Ça serait mentir de dire que je ne suis pas assommé quand j'entends de nouveaux titres de Nicolas Paugam. Ses images et ses mots me reviennent dans la tête et dans l’âme inlassablement, à répétitions. Les œuvres d’arts, et notamment celles qui touchent profondément l’ineffable qui réside en nous, savent tout aussi bien me charger d'émotions que mes histoires ou mes déboires. La Balade Sauvage est l'une de ces œuvres d'arts. Une nouvelle de plus dans la discographie de l'artiste, une de plus à proximité du cœur.

Vous comprenez dès lors l'enthousiasme de ma chronique. Les claques, ça fait emballer les sentiments, pour le meilleur. Mais je ne sais plus trop si écrire une chronique pour cet album est nécessaire tant l'univers singulier de cet artiste ne peut laisser indifférent. On adore ou on n'aime pas. Si la personne qui lit ces quelques lignes ne le connaît pas, alors il faut qu'elle l'écoute et qu'elle se fasse sa propre opinion. Non, ce n'est pas une chronique que j'écris, ce sont des remerciements. Plus je découvre les titres de ce nouvel album, plus l'envie d'écrire "merci" prend de l'ampleur au fil des minutes. J'aime Nicolas Paugam. J'aime la façon dont sa musique a ébranlé mon cœur. J'aime sa douce fantaisie, j'aime son énergie, j'aime son naturel. Alors forcément je suis heureux de sa prolifique créativité. Huit mois après la sortie de son succulent La délicatesse (en chronique ici), voici qu'il nous ressert une louche de plaisir avec onze nouveaux titres. Pour les amateurs de chanson française qui aiment s'aventurer au-delà des chemins balisés, c'est un véritable régal que de se laisser emporter par la richesse de ses textes, par la magie de ses compositions et par la singularité de sa voix. Je sais que ces nouvelles émotions musicales vont être fortes. Dès les premières mesures de son septième album, je me retrouve encore une fois happé par la finesse de sa guitare électrique et la cadence de ses paroles, le débit de ses mots.  Un nouvel album chez lui, est une invitation à autre chose, à la découverte de paysages sonores où se mêlent nostalgie et modernité.

Parmi les onze pépites que renferme cette Balade Sauvage, l'Ardéchois d'adoption, nous dévoile à travers ses chansons des histoires empreintes de subtilités, où la gravité  de la vie s'envole par magie. Les mots choisis avec soin par l'artiste nous transportent dans un univers où la poésie imagée nous révèle ses nuances à l'infini, qui oscillent entre légèreté, humour et profondeur, mystère et finesse. Je m'amusais ouvre cette balade, et de quelle manière ! C'est sauvagement excellent. L’excentricité qui entre en nous est électrique dès la première écoute. Voilà, Paugam frappe fort d'entrée et moi je reste, forcément. Pour la suite, les écoutes doivent être successives et intensives pour saisir le fond des chansons et s'en délecter au maximum, parce qu'il y a tellement plus sur ce disque à découvrir. Mais je peux vous dire qu'aux premiers abords j'ai déjà des coups de cœur. Pour le lancinant Les clefs sont où ? oooouuuuhhh ouuuuh je chante, c'est formidable. Les courses à Toto, Dans ton thé, Clavecin... L’album est profondément riche, mon ovni français favori se prend même le luxe de rependre le grand Brassens avec Bécassine dans une version totalement... Nicolas Paugam ! Ça fait sourire mais avec une profonde admiration, parce qu'il y a cette sensibilité artistique touchante qui s'infiltre dans l'atmosphère sans explication, je suis là, j'écoute et je suis scotché. La valeur ajoutée, Paradis terrestre et Poulailler gris, l'album se termine et de ma bouche sort un mot inaudible, mais qui pourrait ressembler à ça : wow ! Ou à un merci. Oui, je peux dire merci d'une manière ou d'une autre, parce que recevoir ce genre d'album c’est comme rendre grâce à l’univers de nous avoir paré d’un cœur qui, trop souvent, fait des siennes. Là à l’occurrence, il s'emballe. Alors je vais dire merci. Une fois de plus, avec un peu de force. Un beau merci, surtout, vraiment. Sinon, à quoi bon écrire une chronique...


Tracklist
01 - Je m'amusais
02 - L'oeil du tigre
03 - Les clefs sont où ?
04 - Les courses à Toto
05 - Dans ton thé
06 - Bécassine
07 - Clavecin
08 - Petit à petit
09 - Le minerai difficile à porter
10 - La valeur ajoutée
11 - Paradis terrestre et Poulailler gris

25 avril 2024
Syncop's Records


www.nicopaugam.bandcamp.com

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

J'écoute L'algue bleue de Gérard Manset

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Les nouveaux clips du moment #6

Les Cowboys Fringants - Pub Royal (2024)