The Dead South - Chains & Stakes (2024)

En route pour Brest et la côte des Abers pour un long et beau week-end de l’Ascension. Dans la voiture, les enceintes chauffent : une guitare, une mandoline, un banjo, une contrebasse, une voix chargée d'histoires et d'émotions. Le printemps s'invite, la température monte, les paysages défilent, et mes pieds s'agitent dans les claquettes. Direction le Phare Ouest en écoutant le nouvel album des gars de Saskatchewan, qui apportent des saveurs d'Amérique en Armorique. Je fredonne des mots anglais inaudibles dans ma nouvelle longue barbe. Si j'avais été chanteur, j'aurais voulu être Nate Hilts, mais je n'ai pas son charisme, ni son talent ni ceux de Colton Crawford, Scott Pringle, ou Danny Kenyon d'ailleurs. J'ai bien un ukulélé et un harmonica mais quand j'en joue j'invoque les mauvais esprits. Alors je fais ce que je sais faire, et ce que cette musique aide à faire : juste écouter et savourer vraiment. Tout autour de moi devient alors soudain si beau, si fort.

Coup d'optimisme dans le rétroviseur, c'est une musique d'allégresse pour les jours tristes, une musique ensoleillée quand le temps est gris. Chaque titre de ce quatrième album est une porte ouverte vers un autre monde, peuplé d’amoureux, de perdants, d’ivrognes et de condamnés, une exploration de recoins cachés où les sensations sont nombreuses. Du fantasque Blood Blood On The Mind au poignant Father John, l'album nous transporte dans une épopée où le bluegrass m’enlace dans une danse enivrante. Avec ses harmonies de western spaghetti profondes et ses interludes instrumentaux comme les magnifiques Where Has the Time Gone et Clemency, jusqu'au point culminant Tiny Wooden Box au groove rapide et relâché, le sens du tempo, le décalage cinématographique de ton encapsulent l'essence de The Dead South, distillant leur chaos multifacette en un parfait petit shot pour une plongée immersive au cœur de nos tensions humaines et de leurs liens indéfectibles avec le monde qui les entourent. Et soudain tout brille, tout scintille… Je vibre, je claque des doigts, je tape des pieds, je suis transporté.


Tracklist
01 - Blood On The Mind
02 - Yours To Keep
03 - 20 Mile Jump
04 - Where Has The Time Gone
05 - A Little Devil
06 - Son of Ambrose
07 - Clemency
08 - Completely, Sweetly
09 - A Place I Hardly Know
10 - The Cured Contessa
11 - Tiny Wooden Box
12 - Yore
13 - Father John

09 février 2024
Six Shooter Records Inc.


www.thedeadsouth.com

Commentaires

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Les nouveaux clips du moment #8

Sidi Wacho - Habibi Sudaka (2024)

Leïla Huissoud - La maladresse (2024)

Gérard Manset - L'algue bleue (2024)