Saffron Eyes - Pursue a less miserable life

Saffron Eyes. Ce nom ne vous dit peut-être rien à l’heure actuelle, mais il y a de fortes chances qu’il soit sur beaucoup de lèvres cette année. Saffron Eyes c'est le projet de Cyril Braga (Le Parti – à la guitare) qui a eu la bonne idée de réunir Laetitia Fournier (Raymonde Howard - en chronique ici – au chant), Thomas Walgraffe (ThOmas.W – à la basse) et Cédric Ampilhac (à la batterie) en janvier 2018 sur les terres Stéphanoise. Tout récent donc. Tout frais et tout beau en plus.  


La musique de Saffron Eyes se veut rock au maquillage post-punk en parvenant à être lyrique et aérienne de façon pop, et c’est l’un des aspects qui, au départ, m’a un tantinet donné de bonnes palpitations. Faut avouer que la voix de la chanteuse y est pour beaucoup. Quand j'ai découvert l'album, je l'ai trouvé à la fois grandiose, limite mystique, dans la voix donc mais aussi les arrangements, très binaire dans les rythmes, avec des refrains qui collent à l'esprit. Le point fort de Pursue a less miserable life, bien qu'il ne possède que sept morceaux, c’est qu’il est bourré de titres entêtants et puissants, qui vous donneront envie d’écouter l’album en boucle… Mais ici, nous sommes plutôt dans la qualité que dans la quantité. Le premier morceau Springtime (With No Harm) donne immédiatement un aperçu de l’ambiance qui caractérisera l’ensemble de ce premier opus. Pas de doute, le collectif te pousse sur la piste. C'est dansant, limite envoutant. Et les morceaux s'enchainent dans le même état d'esprit. Sad Helen a beau te filer la patate que tu ne réalise pas encore la claque à venir quand tu enchaine derrière avec un morceau comme The Eye Is The Limit, ballade à la fois brumeuse et lumineuse parfaite pour planer avec un duo de flow langoureux et délicieux, qui emporte définitivement l’adhésion. Après Beat The Gong et Sunset People très enjoués, le choix devient difficile pour savoir quel est mon morceau préféré de l'album. Parce qu'ici, l’enchaînement est un enchantement, tour à tour énergique, vigoureux, sensuel, intense et émotionnel. Jusqu'à l'apogée de cet opus avec The Boomtown Jerk, belle preuve désarmante de sérénité et d'efficacité, à l'image de l'album et du groupe.


De manière générale, ce disque laisse une impression plus que positive, reflet d’un rock indé post-punk pop très accessible avec d'excellentes intentions. Alors alors, y a t'il de fortes chances que Saffron Eyes soit sur beaucoup de lèvres cette année ? Pour ma part, ça part plutôt bien. A vous de juger.

Tracklist
01 - Springtime (With No harm)
02 - Sad Helen
03 - The Eye Is The Limit
04 - Beat The Gong
05 - Sunset People
06 - Great Expectations
07 - The Boomtown Jerk

13 novembre 2020
We Are Unique! Records

Commentaires