Soldat Louis - Pavillon noir

Difficile d'écrire sans passion et de parler de certains albums sans raconter un bout de sa vie. Certains disques vous marquent tellement profondément qu'ils font partie intégrante de votre existence. Vous en avez aussi ! Non ? Si si ! Pour moi, le deuxième album de Soldat Louis a eu le pouvoir de me marquer de façon indélébile. Pourquoi ?

Début des années 90 bien entamé, j'ai quatorze-quinze ans, je suis un boutonneux paumé, je n'ai pas de megadrive et je regarde les films de cul du samedi soir sur Canal sans décodeur. Je ne suis plus le fils unique de ma mère, je n'ai aucun style vestimentaire, je rentre au lycée et on m'trouve bizarre. Dans ma piole j'écoute des vieux disques vinyles sauvés probablement de la poubelle. Genesis, Police, Talk Talk et ceux d'artistes français entre Renaud et Claude François. Je suis musicalement un peu désespérant. Mon premier achat sera un 45 tours : celui de Patrick Bruel. Casser la voix hein ! Jusqu'à avoir la même coupe de cheveux. Ouais c'est ça, marre toi ! Mais le lycée ça va vite. Dans ma B.O de cette période fleurissent les bérus, Ludwig Von 88, Pigalle, les Shériff, HF-Thiéfaine, Les Naufragés, Jacques Higelin, Mano Solo, puis les locaux qu'on découvre dans les fanzines ou les bars du coin : les Kargol's, Red Wing Mosquito Sting, Les Marto's Pikeurs, Steevo's teen, La Ruda Salska, Spook and the Guay... et dans tout ça il y a la musique de Soldat Louis ! Du rhum, des femmes évidemment, premier souvenir, première bordée. J'ai même pas encore quinze-seize ans et tout est allé si vite. Dans ma petite vie d'expatrié à Perpignan, tout me semble venir d'une autre galaxie. Les clopes, les bières, les guitares, les Docs Martens, les filles, les mecs, je suis enfin en rupture totale avec Claude François et surtout, surtout Patrick Bruel. Ciao les mecs ! J'ai une coupe de cheveux de rockeur maintenant ! Avec le disque des bretons de Lorient, je découvre un univers bourrée d'énergie, un rock de port qui me parle tout de suite, un gros coup de pied dans le cul qui m'oblige à devenir un Arsène Lupin de piètre qualité. Pavillon noir, je l'ai chourave dans un pauvre petit supermarché, c'était le premier et unique vol de ma vie. Mais je le voulais tellement ce disque, tout comme Putain de camion de Renaud (Pas ma faute, il était dans la même rangée mais attention ! Je ne l'ai pas piqué le même jour, j'suis pas fou hein !). Pavillon noir m'ouvrait enfin une fenêtre sur la Bretagne que j'avais dans le sang et que je n'arrivais jamais à ouvrir par faute de matières consistantes, malgré les baisers salés d'une mère bigoudène. Ce coup-ci, un son de là-haut venait jusqu'à mes oreilles juvéniles propulsant mes rêves d'évasions à des milliards d'années-lumière de Belinda que j'avais sûrement, un an plutôt, rêvé de prendre dans mes bras quelque part sur une place des grands hommes. A la place, j'ai préféré les parties de Caps contre le beau Eric avec Soldat Louis à fond les enceintes. C'était frais, c'était vrai. C'était direct, simple, enjoué, vivant. Ça suintait d'une énergie positive tout en servant de défouloir contre l'état. Peut-être que Soldat Louis n'avait rien inventé, je n'avais que leur premier album Première bordée comme comparatif. Mais Pavillon noir était moins "bonne franquette" que le premier disque, il était plus viscéral, plus instinctif et tellement grand qu'ils n'arriveront pas, avec les albums suivants, à me faire vivre ce que je ressens encore aujourd'hui avec ces onze chansons. Parce que C'est un pays est l'une des plus belles chansons qui représente notre Bretagne. Surtout pour elle.

D'puis qu'une Duchesse encore enfantS'est fait mettr' d'une manière royale.
Sa liberté c'est l'océan
Qui la nuit va r'joindre les étoiles
Et sa terre qui a fait serment
D'être à jamais terre nationale.

C'est un pays, fallait qu'j't'en parle
Car j'l'ai dans l'coeur comme tu crois pas
Quand j'suis pas d'dans c'est pas normal
A croire que l'monde n'existe pas.
C'est pas fait pour les cons qui râlent
Après la pluie ou j'sais pas quoi
Moi j'l'aime mieux sous un ciel qui chiale
Balayé par un vent d'noroît.

Mais ce serait rédhibitoire de ne référer ce disque qu'à un seul morceau. Pavillon noir, deux ans après le succès commercial du premier album du groupe, fera lui, chemin sur une autre route malgré les sacoches remplies de très beaux titres. Sous l'inspiration de Renaud Detressan alias Gary Wicknam, le compère fondateur avec Serge Danet alias Soldat Louis, les textes sont chargés de sens et de poésies. Gary d'ailleurs qui fera à cette période une virée sur l'album Marchand de Cailloux de Renaud. Savannah nous tombe dessus dès le début, au point qu'on en ressort soufflés par cette tempête de guitares. La houle soufflera tout le long de l'album. Le rock des années 80 est toujours présent, à coup de réverbération, mais la réalisation est incontestablement plus précise, plus dense, plus intense. Seuls maîtres de nos vies, seuls maîtres de nos âmes, Survivre en ennemis, chant d'hommes libres et hommage aux frères de la côte, prend aux tripes. C'est une bordée de sentiments de Pavillon noir à Sur ma tombe, de Frères du port à Juste une gigue en do au ton engagé. Ce grand disque, d'une incroyable qualité sera un peu victime de ce qui fait la force du groupe. Coincé entre rock celtique, chants marins et autres chansons à boire, son succès aura du mal à sortir des frontières bretonnes et à conquérir les cœurs de ce qui vivent bien trop loin des océans et des mers.
Pour preuve, de Saint-Malo à Wissant, de Saint Jean-de-Luz à Collioure, de Pornichet à la Pointe Saint-Matthieu quand mes yeux fixent depuis plus de trente ans un horizon couché sur le lit de l'Atlantique, de la Méditerranée, de la mer du Nord ou de la Manche, résonne toujours dans ma tête un des titres de Pavillon noir. Toujours là, comme tatoué sur le bras. 



Tracklist
 01 - Savannah
02 - Bohémiens
03 - Juste une gigue en do
04 - Frère du port
05 - Survivre en ennemis
06 - Oh Mama oh
07 - C'est un pays
08 - Pavillon noir
09 - The Show Must Go On
10 - Song for Marco
11 - Sur ma tombe

1990
Sony Music


www.facebook.com/SoldatLouisOfficiel

Commentaires

  1. Oh ! Merci pour ce joli billet autour du second album du groupe Soldat Louis . On sent que ce "Pavillon noir" (acquis de manière illégale mais bon, il faut bien que jeunesse se passe ) vous a marqué et fait passer du statut d'adolescent boutonneux écoutant Claude François , Renaud et Patrick Bruel a de la musique plus testostéronée , plus viril et , du coup , l'adulte en vous est apparu . De ce disque, je ne connais que "C'est un pays" qui fut un des 45 tours extraits de cet opus, un titre touchant avec une mélodie imparable qui ne connut pas (hélas! ) le même succès que "Du Rhum, des femmes" ou "Martiniquaises " . Je vais me pencher sur ce disque grâce à vous.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

Jane Birkin by Friends

Asia - Le temps d'aller mieux (2024)

The Doug - réparer (2024)

Noé Preszow - [prèchof] (2024)