Avec un casque sur les oreilles, c'est mieux.
__________________________________________________________________________________________________

21 mars 2016

Jil Is Lucky - Manon

Certains d’entre vous connaissent probablement Jil Is Lucky, le bonhomme aux lunettes en forme de cœur, mais surtout le protagoniste du sublimissime et incontournable titre The Wanderer. Et bien, après deux albums fabuleux, le voilà de retour, en français dans le texte cette fois-ci. Et honnêtement, c'est surprenant. 


Si je dois commencer cette chronique par un adjectif, c'est effectivement celui-ci : surprenant. Si tu connais le premier album éponyme Jil Is Lucky et aussi le suivant In The Tiger's Bed tu vois de quoi je parle. Ou du moins tu t’en doutes. Mais si beaucoup attendent un album simplement identique comme successeur, c'est qu’ils ne doutent pas de l'ambition et de l'audace de cet artiste peu singulier. Manon, c'est une love story universelle sur fond de cordes et de musique 8-bit qui te décolle le cœur. Et les yeux aussi. Parce qu'au-delà de la musique et du fait que le thème des onze titres tournent autour d'une demoiselle un peu mystérieuse et envoutante, ce projet dans son ensemble est beau comme un camion de marchand de glaces. Passionnant sous tous les angles, par ses couleurs, par sa poésie, par ses clips et par son court-métrage musical tourné en 360°. 

Alors pour être honnête, j'étais chaud comme un barracuda (Oh oui) pour découvrir cet album, mais quand je l'ai écouté pour la première fois j'ai un peu fait la tronche. Peut-être parce que le chanteur y chante en français et que je n'en avais pas l'habitude, peut-être parce que j'ai trop écouté jusqu'à l'overdose de plaisir ce terrible premier album culte. Mais j'ai persisté, c'est Jil Is Lucky tout de même ! Une fois, deux fois, trois fois, et ma persévérance a fait que Manon m'explosa en pleine face. Parce qu'il y a dedans des mots pour aimer cet album et une multitude de belles choses pour l'adorer aussi. Il ne laissera pas indifférent les personnes sensibles au changement pris par l'artiste, avec ses risques et ses chemins inédits. Et puis plus les titres avancent, plus on veut et on aime découvrir cette jeune héroïne franco-japonaise, "Ce genre de filles qui SONT la poésie..." dont le narrateur tombe fou amoureux dès leur première rencontre dans un le club où elle mixe. Et tout au long des onze chansons, le décor s'illumine autour de deux âmes en errance, deux âmes qui se cherchent, deux âmes à la recherche de réponses, sur l'amour et ses passions, ses dérives, ses attentes et ses espoirs malgré l'angoisse de voir l'autre disparaître, ou de ne pas savoir quoi faire quand il revient. À fleur de peau, dans un tourbillon de violons. Minimaliste, presque en chuchotant, au creux de l'oreille, Jil séduit et nous absorbe dans cette romance obsessionnelle à l'écriture méticuleuse et formidable : Manon avait le goût de l'aventure / Contre le capot d'une voiture / Elle bougeait la tête d'avant en arrière / Ses leggings baissés jusqu'aux chaussures / Avec un autre que moi sur / Le dos Manon se laissait faire. Oui, cet album est surprenant.


Féru de poésie française, Jil lui rend un magnifique hommage. Comme la couleur de son atmosphère et de son visuel, ce rouge vif puissant d'intensité et d'ivresse nous procure un vertige amoureux pour un album authentique, inédit et agréablement déstabilisant. Une merveille.

Tracklist
1- 8-bit à mort
2- Une lumière orange
3- Le reste en l'air
4- Chip romance
5- Le goût de l'aventure
6- A l'envers
7- Cimmerie
8- De la bouche à la taille
9- 12G dans ma cassette
10- Ensorcelé
11- Comme une bombe


avatar
isa
21 mars 2016 à 15:32

J'aimais bien le premier album, j'ai moins accroché au suivant. Le titre en écoute ici me plaît bien, de quoi me convaincre totalement d'aller jeter une oreille à ce nouvel album.

Reply
 
© since 2014
-->