Articles

Affichage des articles du mars, 2023

La quinzaine de mars 2/2

Image
En sélectionnant le meilleur de la musique actuelle,  Break musical vous propose tous les quinze jours des découvertes et les dernières sorties clips à ne louper sous aucun prétexte. du 16 au 31 mars 2023.  Avec Lisa Portelli - Grand Ressac - Hervé - Streaker - François Club - Olivier Bogé - John Wayne Supermarket - Cucumaras - Jérémy-B- - Hooverphonic - Where mermaids drown - Fauzene - Natalia Doco - Suuij Lisa Portelli - Âge d'or Grand Ressac - Anaïse Hervé - Tout ira mieux demain Streaker - Endroits François Club - Touché Olivier Bogé - Sweet Caroline John Wayne Supermarket - Sous un tamarinier Cucumaras - Cotton Wool Jérémy-B- - L'ombre qui rôde Hooverphonic - Don't Think Where mermaids drown - Statues Learn To Weep Fauzene - 8 Soeurs Natalia Doco - Cielo Suuij - Là

Jérôme Castel - Doggerland

Image
Depuis 2014, Break musical est pour moi une sorte de carnet de notes où j'y coche des sentiments musicaux grâce à des coups de cœur et de très belles découvertes. Aujourd'hui, je suis vraiment content d'y inscrire Jérôme Castel par le biais de cette chronique pour son nouvel album Doggerland . Un concentré de poésie mêlant l'épure à la force et la délicatesse où l’auteur-compositeur-interprète se livre, brut et sans concession. "Un goût pour le beau bizarre, la tension et l’amour, l’électricité et la lenteur, la langue d’ici et la nuit. Une chanson pleine d’espaces et de matières sonores, une chanson sonique." C'est avec ces mots que l'auteur décrit son univers, et celui qui possède un soupçon de curiosité et de désirs d'émerveillement foncera forcément dans l'invitation à la découverte. Cet album est magnifique, il n'y a pas grand chose d'autre à dire de mieux. Ça arrive parfois, il y a des disques qui vous emportent sans que vous vo

Soldat Louis - Pavillon noir

Image
Difficile d'écrire sans passion et de parler de certains albums sans raconter un bout de sa vie. Certains disques vous marquent tellement profondément qu'ils font partie intégrante de votre existence. Vous en avez aussi ! Non ? Si si ! Pour moi, le deuxième album de Soldat Louis a eu le pouvoir de me marquer de façon indélébile. Pourquoi ? Début des années 90 bien entamé, j'ai quatorze-quinze ans, je suis un boutonneux paumé, je n'ai pas de megadrive et je regarde les films de cul du samedi soir sur Canal sans décodeur. Je ne suis plus le fils unique de ma mère, je n'ai aucun style vestimentaire, je rentre au lycée et on m'trouve bizarre. Dans ma piole j'écoute des vieux disques vinyles sauvés probablement de la poubelle. Genesis, Police, Talk Talk et ceux d'artistes français entre Renaud et Claude François. Je suis musicalement un peu désespérant. Mon premier achat sera un 45 tours : celui de Patrick Bruel. Casser la voix hein ! Jusqu'à avoir la mê

Arthur H - La vie

Image
18h et des poussières, jour de semaine, fin mars. J'enchaîne métro puis train pour rentrer chez moi. Casque sur les oreilles, j'accompagne mon trajet avec le nouvel album de notre Tom Waits français et flotte rapidement autour de moi une impression de légèreté. Un parfum de vie, une bulle de joie prête à éclater sur les quais à la première note d'un piano qui n'arrive pas par hasard. Soudain, respire une musique enveloppante, colorée, enthousiaste, et une voix déchirante le ciel gris. Les mélodies contournent les visages fermés, caressent ma fatigue, chassent la morosité de l'actualité et s'insinuent dans les mouvements quotidiens d'une danse fantasmée n'attendant que l'embrasement. La musique fige le temps, colore l'instant. Ce disque est là pour ça. De l'exubérance du quotidien à la liberté éclatante des rêves, née un manège émotionnel, Je tourne, plus les titres défilent et plus je tourne, tourne, je m'enivre. Quelques notes de piano,

Sylvain Fesson - Origami

Image
Origami est la nouvelle carte de visite de l'univers musical de Sylvain Fesson . Avec des mélodies hypnotiques et une voix qui subjugue, ce troisième album m'entraine indéniablement sur une longue et belle route entre dream-trip-pop poétique et chanson rock d'aujourd'hui. Cette route m'emmène vers un voyage. Dès le premier titre aux saveurs orientales, Parfois est un voyage musical. Une invitation aussi, une porte ouverte dans un univers foisonnant de belles idées. En plus de beaux mots, s'ajoute la voix fiévreuse de Céline Wadier. Le genre de premier morceau d'album dont tu ne peux qu'accepter l'invitation et de rentrer dans la partie. J'avance sur cette route de neuf titres, je tourne les pages du livret. Sylvain Fesson est un poète. Tous les bons chanteurs sont des poètes vous m'direz. Mais je lis ses mots et j'en suis jaloux. Je pourrais couper la musique et lire uniquement cette plume tellement elle me subjugue. D'ailleurs ça fai

La quinzaine de mars 1/2

Image
En sélectionnant le meilleur de la musique actuelle,  Break musical vous propose tous les quinze jours des découvertes et les dernières sorties clips à ne louper sous aucun prétexte. du 01 au 15 mars 2023.  Avec Rob & Jack Lahana feat.Sebastien Tellier - Pierre Guénard - Nathalie Ok - Ô Lake - Elliot Armen - Château Forte - Dead Chic - Sioul - Ryder The Eagle - Michel Cloup - Tom Bird - Kid Francescoli feat.Turbo Goth - Jil is Lucky & Hugo Barriol - Battan l'Otto - Fabien Martin Rob & Jack Lahana feat.Sebastien Tellier - Amoureux Pierre Guénard - Harry Nathalie Ok - Le Goût du Goudron Ô Lake - Avalanche Elliot Armen - Signs - Live à la villa Les Roches (Dinard) Château Forte - Insolomnie Dead Chic - Les fleurs séchées Sioul - Pieces Ryder The Eagle - Eloïse Michel Cloup - Vieillir Tom Bird - Bouts de gomme Kid Francescoli - You Are Everywhere feat.Turbo Goth Jil is Lucky & Hugo Barriol - Stones Battan l'Otto - Désir Urbain - Eropean Remix Fabien Martin - Sur la

Gatien - L'amour phoque

Image
Petit gros coup de cœur pour un vrai nouveau talent à suivre ces prochains mois ! Il s'appelle Gatien , et nous offre avec son premier album, des chansons d’une grande générosité, resplendissantes comme un rayon de soleil d'hiver dans le paysage musical francophone actuel. Après son EP Moi Tout Seul en 2021 voici L'Amour Phoque , qui est un peu l'exact opposé de l'amour vache ! Entre vraie naïveté et fausse candeur, Gatien nous embarque dans un voyage autour de dix (belles) chansons, simplement composées avec une guitare et un ordinateur. Chez Gatien , comme chez la plupart des artistes français.es que je m'évertue à partager sur ce blog, il y a cette volonté, et le talent qui va avec, de manier les mots avec une certaine poésie, en créant des images constantes, fabriquées par la folie enfantine et fragile de sa musique, bien cultivée par la voix fluette de son chant. C'est prenant, c'est passionnant à entendre.  J'adore cet univers, que je glisse

Mes reprises préférées #2

Image
*My favorite covers Pour ce volume 2, je vous propose dix reprises "internationales" 01 - I'm Still Standing - Elton John / Imany Totalement différente de la version originale qui donne la banane, la reprise dans une ambiance violoncelle larmoyante de Imany est sublime, lumineux. J'adore Elton, j'adore le violoncelle, j'adore la voix D'Imany donc j'adore ce titre. 02 - Friday I'm in Love - The Cure / Marc Collin Ma première réaction c'est qu'on ne touche pas aux Cure. Ma deuxième réaction c'est qu'on ne touche pas à l'une de mes chansons préférées de toute ma vie. Ma troisième réaction c'est "-ah oui quand même". Grandiose.  03 - Dirty Old Town - Ewan MacColl / The Pogues Je ne peux pas m'en empêcher. On me dira que ce n'est pas vraiment une reprise tant les Pogues et McGowan deviennent physiquement le morceau. En tout cas, voilà un bel exemple quand une reprise dépasse allégrement l'originale.  04 -

Matmatah - Miscellanées bissextiles

Image
Dès le premier titre, Erlenmeyer , le constat s'impose : ce double album déstructure l'esprit et prouve que Matmatah ne faiblira jamais face à la création facile en sortant volontiers des sentiers battus et des formats. Ce premier morceau noir hypnotique et expérimental électro dure ni plus ni moins seize minutes ! Une belle invitation, ça commence très fort. Puis s'ensuit quatre morceaux au destin de tubes matmatesques qui complètent le premier disque. Populaire rend hommage à tous les procureurs que nous sommes avec nos peurs absurdes, Le rhume des foins fera danser les allergiques, moi le premier, sur une énergie que l'on reconnaît bien. Brest-même sous le prisme de souvenirs réels ou fantasmés, le souvenir d'une ville qui transpire de sensations, de sensorialité où Brest n'est pas présentée de manière descriptive, mais plutôt de manière évocatrice. Tandis que Hypnagogia , bah sérieux ! Quel morceau ! L’hypnagogie, cet étrange état intermédiaire entre la co

Rouge Renarde - Dehors

Image
Impossible de passer à côté de la sortie de Dehors , et toi aussi d'ailleurs, tu n'as pas le droit, car cette fantastique artiste que je veux partager ici, ne peut être cantonnée qu'au simple domaine de la chanson, tant sa musique est poésie, envoûtante. Sans parler de ces multiples sensations imprévisibles qui ont la bonne idée d'engloutir l'âme dès la première écoute et jusqu'à la dernière seconde de l'album. Admirations garanties ! Sans pinces et pourtant de façon délicate, Cinéma me plonge d’emblée dans un univers onirique, une chanson triplement touchante. D'une : la musique, de deux : le(s) chant(s) et troisio : les paroles donnent un ensemble complètement fou à ce premier titre que je découvre. Oui, c'est artistiquement fou, avec un grand A. Éblouissant. J'enchaîne la découverte avec le deuxième morceau de l'album : Amour . C'est l'explosion définitive, en deux chansons, Rouge Renarde met mon cœur à genoux et me fait cocher so

Oscar les vacances - Il venait d'avoir dix-huit ans

Image
Sortie en 1973, cette chanson, écrite pour Dalida par Pascal Sevran et composée par Pascal Auriat et Jean Bouchéty, résonne toujours avec une sincérité et une sensibilité poignante aujourd'hui. Preuve est, avec cette tendre reprise d' Oscar les vacances , il nous transporte à son tour dans le monde d'un jeune homme de dix-huit ans, découvrant les frissons de l'amour pour la première fois. Le clip de cette reprise karaoké, évoque la pureté de l'innocence juvénile, où chaque instant est teinté d'excitation et de promesses infinies. De gestes délicats, Oscar capte la magie des premiers émois amoureux, où chaque sensation musicale est amplifiée. Tourbillon de souvenirs d'une jeunesse éphémère, où l'amour est pur et les rêves semblent accessibles. Douleur universelle de l'innocence perdue. La transition de l'adolescence à l'âge adulte est parfois cruelle. Les illusions s'évaporent, la fragilité danse sur un fil.  

Topsy Turvy's - It Can't Be Easy

Image
Quand j'ai découvert ce que ce groupe de Poitiers m'a proposé dans son mail, j'ai retrouvé ma jeunesse. Oh oui, ça m'a renvoyé à cet ancien temps où je m'éclatais à pousser le volume à fond sur Sum41, NOFX, The Offspring, Simple plan , Green Day, Blink-182... Dans la même veine que les groupes que j'ai cité, je retrouve d'agréables sensations en écoutant ce It Can't Be Easy qui est sorti le vendredi 13 janvier dernier sur une douzaine de labels indépendants internationaux. Excusez du peu ! Faut dire que ce punk rock mélodique n'a pas de frontière, et l'album contient tout ce qu'il faut pour plaire : de bonnes compositions, de bonnes idées, des mélodies et une véritable unité homogène sur l'ensemble de la production. Leurs influences vont du hardcore mélodique des années 90, au indie punk plus moderne, en passant par la vague emo de la fin des 90’s au début des années 2000. It Can't Be Easy , leur premier album après trois EP et quelq