Glass Museum - Reykjavik


Avec "Reykjavik", Glass Museum revient pour un second album qui assoit son identité musicale authentique à la table du jazz contemporain. Cinématographique, électronique et organique, le disque hybride des mélodies crépusculaires à une rythmique vivante. Une lueur dans la nuit.

Pour le batteur Martin Grégoire, il s’agissait de « revenir aux sources d’une musique plus démonstrative », mélancolique, mais intensément vivante — battante. Cinématographique, aussi. Ainsi, quand le titre « Nimbus » appelle les paysages alpins, le morceau « Abyss » fait chanter les baleines en sous-marin. Un véritable bol d'air qui nous une offre une sensation de voyage et de légèreté depuis nos lieux de confinement respectifs avec notamment les clips d'Abyss ou de Clothing.

Dossier de presse

www.glassmuseum.be

Commentaires