Alain Souchon - Âme fifties

Voilà. C'est avec cet album que j'aurai enfin réussi à aimer définitivement Alain Souchon et son univers tout doux. Tellement doux et poétique qu'on a envie de vivre dedans.  

Évidemment je suis tombé dedans progressivement au fil des années. J'ai dix ans, Allô maman bobo, La ballade de Jim, C'est déjà ça, Rame, Foule sentimentale, La vie ne vaut rien… Rien que pour ça comment ne pas aimer Alain Souchon ? Puis je me souviens de la claque en 2005 avec Et si en plus y' a personne… Mais voilà, il fallait ce truc qui fait qu'on plonge définitivement dans un univers, ce petit déclic qui vous permet de se nourrir d'un artiste et pour moi c'est arrivé avec Âme fifties.

Album de 2019 que je ne découvre qu'aujourd'hui, en pleine période qui m'angoisse depuis la nuit de mes temps : l'agitation des fêtes + les tristes débuts d'hiver + l'époque de merde dans laquelle nous vivons et voilà que j'ai besoin d'un disque auquel m'accrocher, pour un peu de poésies dans la vie. Je ferme les yeux et je vois aussi… J'y suis sur cette plage du Crotoy (Âme fifties) et je vois les cabines derrière, et j'imagine les rires des gens. En mode sépia, au ralenti, je me laisse envahir par cette mélancolie réconfortante. Puis direction Lille, la Grand'Place, ça me parle, avec Presque le deuxième titre de cet album. C'est beau l'amour. En vrai, on écoute Alain Souchon comme on lit les belles histoires d'un livre qu'on aime garder jusqu'à la fin de notre vie. Peut-être que j'adore ce disque car je retrouve dedans un peu de Tim Dup, un peu d'Alex Beaupain, un peu de Vincent Delerm, eux dont je suis fan, et qui sont certainement fan aussi d'Alain Souchon, ça ne m'étonnerait pas ! Les boucles sont bouclées ! J'aime aussi Un terrain en pente, texte poétique et guitare acoustique pour un morceau délicat, Irène qui raconte une rupture amoureuse, et la jolie présence du piano sur des titres comme Debussy Gabriel Fauré, On s’aimait… Bref, dix chansons pour un quinzième album d'à peine trente minutes mais qui me prouvent que Souchon rime avec nostalgie, regrets et temps qui passe mais d'une finesse et d'un charme inégalable que j'en redemande ! Ça tombe bien, car au regard de l'incroyable discographie de cette belle âme sensible, véritable moteur d'une certaine belle variété française, j'ai de quoi me régaler. 



Tracklist
01 - Âme fifties
02 - Presque
03 - Ici et là
04 - Debussy Gabriel Fauré
05 - Un terrain en pente
06 - Ronsard Alabama
07 - Irène
08 - On s'ramène les cheveux
09 - On s'aimait
10 - Ouvert la nuit

2019
Parlophone


www.alainsouchon.net

Commentaires

  1. Un disque que je suis justement entrain de réécouter dans ma voiture (j'ai la chance d'avoir un lecteur CD à bord ) Un disque qui m'a, à la première écoute un peu déçu tant Alain Souchon avait placé la barre haute avec les albums "C'est déjà çà " ou encore "Au ras des pâquerettes" . Il est vrai que le petit dernier est agréable , j'aime bien le single "Presque " que l'on entendait beaucoup sur les ondes fin 2019 lors de la sortie de l'album et qui est très bien écrit sans tomber dans la répétition (comme "les gens" de Christophe Maé…) .La chanson titre est une belle photographie en musique et paroles d'une époque et "Gabriel Fauré Debussy " un joli exercice de style . Un album au top niveau pour la Souche qui ,comme un bon vin passe fort bien les années.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Les articles les plus consultés du moment

Le temps qui reste de Serge Reggiani

J'écoute L'algue bleue de Gérard Manset

Les Gitans - Mano Solo

J'écoute La balade sauvage de Nicolas Paugam

Les nouveaux clips du moment #6